LE VIDÉOPHAGE – INCARNATE : Combat par l’esprit

Imaginez une sorte de Professeur X chevelu qui pénètre le subconscient de personnes possédées afin de chasser les démons qui les tourmentent, le tout un peu à la manière de Leonardo Di Caprio dans Inception. Le concept vous intéresse? En tout cas, c’est ce que propose INCARNATE, une nouvelle production de Jason Blum (Paranormal Activity, The Purge) sortie en vidéo le 7 mars.

Pourtant filmé en 2013, Incarnate de Brad Peyton (San Andreas) est sorti en salle aux États-Unis seulement en décembre 2016 (ce qui explique pourquoi David Mazouz – qui interprète Bruce Wayne dans la série Gotham – a l’air si jeune à l’écran). Ce genre de retard n’augure généralement rien de bon et c’est pourquoi c’est avec un certain recul que j’ai démarré le visionnement de ce film d’horreur mettant également en vedette Aaron Eckhart (The Dark Knight), Matt Nable (Riddick) et Carine van Houten (Black Book, Game of Thrones).

Le docteur Ember a un don : il peut entrer dans le subconscient des gens. Ce dernier préfère ne pas exploiter ce don jusqu’au jour où sa femme et son fils sont tués dans un accident de la route provoqué par une conductrice en état d’ébriété (gravement blessé, Ember perd l’usage de ses jambes). Convaincu que l’accident a été volontairement provoqué par un démon qui souhaite ardemment le faire souffrir, Ember part à la chasse de ce dernier en devenant un expert exorciste nouveau genre (il préfère d’ailleurs parler d’éviction au lieu d’exorcisme).

Le personnage est introduit dans le film d’une manière plutôt efficace : beau comme un dieu, filmé au ralenti, Aaron Eckhart traverse la piste de danse d’un bar branché accompagné par l’excellente chanson « Sail » du groupe Awolnation (également reprise dans le générique de fin). Venu délivrer un client d’une possession non désirée, Eckhart ne se prive pas pour distribuer quelques coups afin d’arriver à ses fins. Un peu plus et on se croirait dans un film de Jason Statham. Évidemment, le tout se déroule dans un rêve où la victime est maintenue pendant que le démon qui contrôle son corps se nourrit de son énergie vitale.

En plus des références à Inception – et, inévitablement, à The Exorcist de William Friedkin – c’est à Dark City que l’on pense au détour de certaines scènes (Ember fait apparaître des portes dans les séquences de rêve afin d’échapper aux démons). Si la réalisation est plutôt ordinaire (ce qui nous rappelle à quel point San Andreas était un mauvais film), et si la conclusion n’est pas très originale, il faut avouer que le concept est suffisamment riche et captivant pour conserver notre attention du début à la fin. Le concept pourrait même faire une excellente série télé (ou de BD) si quelqu’un s’en donnait la peine. Un projet qui a peu de chances de se réaliser lorsqu’on constate le peu de succès qu’a reçu le film lors de sa sortie en salle.

Disponible en vidéo au Québec depuis le 7 mars 2017.

Jason Paré

About Jason Paré

Vidéaste-animateur-chroniqueur abitibien, montréalais d'adoption depuis 2004, Jason Paré réalise des courts métrages depuis une quinzaine d'années et a quelques publications à son actif (principalement des nouvelles d'horreur et de fantastique). Depuis 2014, il anime l'émission L'Étrange programme, un magazine culturel actuellement diffusé sur les ondes de TCF – La télévision communautaire de Montréal.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :