LE VIDÉOPHAGE – BEFORE I WAKE : l’éveil au cauchemar

Before I Wake Cankerman

Lors de notre dernière couverture du Festival Fantasia, Élise, Sébastien et moi n’avons pas assisté à la projection de BEFORE I WAKE. Puisque qu’il est maintenant disponible en vidéo, j’ai pu enfin voir ce thriller fantastique de Mike Flanagan (Oculus, Hush) pour vous en parler.

Jacob Tremblay Before I Wake

Before I Wake - posterProduit entre 2013 et 2014, Before I Wake a vraiment tardé à être distribué pour une raison que j’ignore et c’est directement en vidéo qu’il fait son entrée au Québec (et uniquement en version anglaise). Si un Thomas Jane chevelu est présent dans le film, c’est Kate Bosworth et le petit Jacob Tremblay qui y tiennent la vedette.

Suite au décès de leur fils, un couple (Jane et Bosworth) décide d’adopté Cody (Tremblay), un gentil petit gars de six ans. Tout serait parfait si les rêves de Cody ne se matérialiseraient pas dans la réalité. Quand il rêve à des papillons – sa passion – c’est mignon, mais lorsque Cody se met à rêver au fils décédé du couple, l’effrayant « Cankerman » resurgit dans ses rêves et les transforment en terrifiants cauchemars possiblement mortels.

Dès le départ, le film est vraiment touchant, particulièrement la scène décrivant la rencontre de Cody avec ses parents adoptifs. Le jeune Jacob Tremblay est terriblement attachant, ce qui nous permet d’avoir de l’empathie malgré qu’il soit en quelque sorte la source du mal qui bouleversera – à nouveau – la vie du couple. Un mal qui sera nourri par l’angoisse de la mère adoptive tourmentée par les images de son fils se noyant dans la baignoire, au point de tourner à l’obsession. Le fantastique s’introduit également d’une manière efficace dans ce drame familial, comme dans une fable, passant progressivement de la magie à l’épouvante. D’ailleurs, on doit féliciter le concepteur de la créature. Cette dernière impressionne et parvient à jouer le rôle de croquemitaine onirique avec brio.

Le seul véritable défaut de cette sympathique production, se trouve peut-être dans sa conclusion, beaucoup trop explicative à mon goût. L’intérêt du fantastique n’est-il pas entre autres dans le mystère qui plane sur l’intrigue? Les amateurs de sentions extrêmes ne doivent pas s’attendre non plus à un tour de montagnes russes, le récit étant focalisé sur la sensibilité de ses personnages et leur cheminement psychologique face au deuil. C’est un peu pour ça que je crois que Before I Wake peut toucher un large public, même ceux qui ne sont pas fans de films d’horreur. Dommage que sa sortie soit aussi confidentielle…

Before I Wake est disponible en vidéo depuis le 10 janvier 2017.

Jason Paré

About Jason Paré

Vidéaste-animateur-chroniqueur abitibien, montréalais d'adoption depuis 2004, Jason Paré réalise des courts métrages depuis une quinzaine d'années et a quelques publications à son actif (principalement des nouvelles d'horreur et de fantastique). Depuis 2014, il anime l'émission L'Étrange programme, un magazine culturel actuellement diffusé sur les ondes de TCF – La télévision communautaire de Montréal.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :