Victor Frankenstein : un classique réinventé

Un clown faussement bossu, féru d’anatomie et dessinateur émérite dans ses temps libres, quitte le cirque où il a été « élevé » comme bête de foire pour se joindre à un apprenti docteur, dont les expériences sont pour le moins inquiétantes. Victor Frankenstein présente la vie du scientifique derrière la fameuse créature terrifiante ramenée à la vie. Igor, narrateur de l’histoire, apprendra à ses dépens que la recherche peut parfois conduire à la folie, et vice versa. S’ensuivent alors une série d’évènements macabres et angoissants…

Bien que peu apprécié par plusieurs, ce film est extrêmement bien ficelé. On voit d’un côté la passion, le désir de recherche, la déchéance et la folie de Victor Frankenstein, tandis qu’on découvre de l’autre un Igor plus humain, qui se cherche, s’épanouit et s’affirme. On assiste aussi à la naissance d’une grande amitié, basée sur l’amour fervent de la médecine et de la vie, et renforcée par le jeu des acteurs, juste et convaincant.

L’horreur y est plus subtile : on s’imprègne de la folie graduelle, de l’immoralité de la quête et des créatures hideuses créées pour servir la cause. Quelques passages plus visuels, avec des effets spéciaux bien réalisés et misant davantage sur le réalisme, demeurent affreux mais tout de même plus insidieux, plus sournois que dans les autres œuvres cinématographiques d’épouvante mettant en vedette ce zombie rapiécé créé par Mary Shelley.

Même si elle est un peu longue et qu’elle reprend parfois quelques clichés un peu usés (l’amour impossible, le policier obsédé, le richissime paresseux qui veut s’enrichir encore plus à n’importe quel prix), l’histoire sait émouvoir, faire peur et réinventer un classique déjà maintes fois revisité. À voir si vous aimez imaginer la source, l’origine des fictions!

par MARIE LAPORTE

Victor Frankenstein 2015

Marie Laporte

About Marie Laporte

Infirmière et réviseure le jour, Marie Laporte devient, la nuit, une exploratrice de l’imaginaire. Elle a longtemps été l’éditrice de Nocturne, le fanzine culte (qui a cédé la place à Nocturne, les charmes de l’effroi) avant de se joindre à l’équipe de Clair/Obscur.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :