Trésor de bibliothèque: Maudits!

maudits roman horreur

Une bande d’adolescents se rend à son après-bal en limousine. L’alcool coule à flots et les hormones sont dans le tapis. Leur chauffeur se trompe de chemin et ils se retrouvent sur la route 343, qui serait maudite. C’est alors qu’entre en scène Sergio, un tueur terrifiant et impitoyable qui s’invite dans les célébrations des jeunes pour leur plus grand malheur. La nuit sera longue, et il ne restera pas grand monde pour voir le jour se lever…

maudits edouard bondEdouard « Hardcore » Bond nous offre ici un authentique slasher québécois, un véritable hommage aux tueurs en série qui ont marqué l’histoire. On meurt beaucoup dans Maudits, et jamais proprement! Le ton est goguenard et irrévérencieux, le gore abonde, et l’humour aussi. Bond s’amuse à déconstruire les clichés de l’horreur, que ce soit au cinéma, à la télévision ou en littérature. Les personnages d’adolescents sont caricaturaux à l’extrême et on prend un plaisir absolument pas coupable à les voir périr de manière fort inventive sous la hargne de Sergio.

On s’amuse aussi à voir détournés certains incontournables du film de slasher, par exemple la fuite dans un champ de maïs ou encore la sexualité débridée. Dans Maudits, les apparences sont parfois trompeuses!

Entre chaque chapitre, on retrouve un intercalaire qui met en lumière un tueur en série célèbre, ce qui nous permet de nous instruire tout en nous amusant! Plus sérieusement, Maudits est une expérience de lecture en soi, qu’on dévore en quelques heures à peine, mais qu’on a envie de relire dès la dernière page tournée. Edouard H. Bond propose, avec Maudits, son meilleur roman d’horreur.

Saluons au passage l’audace des éditions Coup de tête, qui ont permis à Bond de se laisser aller complètement. Il ne nous reste plus qu’à souhaiter que Sergio reprenne éventuellement du service et qu’une autre bande de jeunes inconscients se perde sur la route 343.

Pierre-Alexandre Bonin

About Pierre-Alexandre Bonin

Pierre-Alexandre est tombé dans les littératures de genre au primaire, en lisant Ange ou démon?, l’un des nombreux titres de la collection «Frisson», et depuis, il n’a cessé d’élargir ses horizons. Après une maîtrise en littérature québécoise, il a récemment terminé une thèse de doctorat sur Stephen King et prépare un projet de postdoctorat sur l’histoire des littératures de genre au Québec.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :