Trésor de biblio : Ce qui reste de démons

Daniel Sernine fait partie du paysage de la littérature fantastique depuis longtemps; il a laissé sa marque au sein de maisons d’édition qui n’existent plus, a été publié chez Solaris alors que la mythique revue se nommait Requiem, ainsi que dans d’innombrables fanzines et revues littéraires. On parle d’un total de quarante publications, romans et recueils, pour les adultes et la jeunesse et plus de quatre-vingts nouvelles. Qualifié l’auteur de monument de la littérature fantastique québécoise n’est pas exagéré. Il est donc logique que Les Six brumes aient pensé à lui pour garnir leur collection « Brumes de légende » visant à rééditer des récits importants de la littérature de genre, qui sont malheureusement introuvables aujourd’hui.

Ce qui reste de démons Daniel Sernine

Illustration de couverture: Émilie Léger

Ce qui reste de démons, suite du recueil Petits Démons, regroupe des nouvelles et novellas publiées entre 1979 et 1997 prenant place à Granverger et Neubourg, villages fictifs de la Nouvelle-France situés aux abords de la rivière Paskédiac, tout aussi fictive. À l’instar de Stephen King, Daniel Sernine a créé tout un univers, composé d’une région imaginée où la nature est très présente, riche de sa propre histoire et de personnages récurrents.

La malédiction est un thème chéri des contes et légendes, et Sernine ne se prive pas de l’exploiter dans deux des quatre nouvelles de Ce qui reste de démons. Dans la première, Philippe Bertin, professeur explorateur, découvre les ruines de Tirnewind où des Irlandais se seraient jadis installés. Son égoïsme innocent lui fera prendre une décision concernant son inhumation qui ne sera pas sans conséquence. Quant à L’Icône de Kiev, elle raconte les déboires d’une famille aux prises avec une icône qui sauve des vies, mais à un prix beaucoup trop élevé. La chute de ce récit, qui fonctionne sur le pouvoir de l’ironie, est assez traditionnelle, mais réussit tout de même à faire sourire le lecteur qui carbure jusqu’alors au malaise.

Puisque le titre du recueil évoque les démons, l’auteur ne saurait passer à côté d’un thème évident : le rituel. Placer au centre des nouvelles Le Sorcier d’Aïtéviché et Le Réveil de d’Abaldurth, le rituel, dans ce cas-ci, est vu de façon négative, car il est utilisé dans le but de rendre hommage au mal. Le Sorcier d’Aitéviché, qui ouvre le recueil, met en scène le seigneur Davard, adorateur du démon Manitaba, qui trompe ses paysans dans le but de sacrifier des enfants en son nom. La sorcière Atropa Mélusine n’est guère moins effrayante dans sa tentative de réveiller le démon Abaldurth au cœur d’une maison des plus inquiétantes.

Daniel Sernine a une façon très classique de raconter des histoires, ce qui, dans le cas de Ce qui reste de démons, est parfaitement voulu. L’effet de réalisme, les lieux familiers et le fait que le tout se déroule en des temps éloignés créent l’illusion que ces histoires auraient pu se produire réellement, dans notre propre province. Ajoutons à cela le talent de conteur de Sernine, ses descriptions détaillées et saisissantes, et on a vraiment l’impression de lire des contes inscrits depuis longtemps dans notre folklore, racontés mille fois par mille voix.

L’amateur de littérature gothique et de fantastique y trouvera des éléments qui sont chers à ces genres, tels que les ruines, les cryptes, les cimetières, les sacrifices humains, l’invocation de démons et la sorcellerie. L’atmosphère angoissante que réussit à instaurer Sernine, menaçante de dangers anciens, scelle l’argumentation en faveur de ce magnifique recueil. Les lecteurs friands de légendes maléfiques ne pourraient se permettre de passer à côté de Ce qui reste de démons!

Anne-Marie Bouthillier

About Anne-Marie Bouthillier

Lectrice insatiable passionnée par l’écriture, détentrice d'un baccalauréat par cumul (création littéraire, français écrit et rédaction) et a forgé ses premières armes de rédactrice chez le magazine Québec Érotique et le site Canoë. Fan d’horreur et nourrissant une forte curiosité pour tout ce qui est bizarre, Anne-Marie a publié des nouvelles dans Horrifique, Souffle d’Éden et Clair/Obscur.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :