The Others 7 Sins : ce jeu est un péché d’avarice!

others-7-sins-jeu-horreur

Année : 2016

Nombre de joueurs : 2-5

Thématique : L’Apocalypse

Mécaniques : tous contre un, tactique, combat avec dés

Thomas,

Je suis toujours FATIGUÉE.

Je n’ai pas dormi plus d’une heure par nuit depuis les trois derniers mois.

J’ai tenté de parler mais tu es toujours si en COLÈRE…

C’est que… je ne peux plus endurer tout ceci.

J’ai envoyé les enfants chez ta mère, mais tu t’en fou.

Dis leurs que je suis PARTI. PAS de funérailles. Nous n’avons pas d’ARGENT.

Adieu.

Depuis mes débuts dans le joyeux monde des jeux de société d’horreur, faire le tri entre les thématiques a toujours été simple : le salon dédié aux zombies, le bureau dédié à Chtulhu et le fond de mon garde-robe dédié à tout le reste. Alors, étant une personne qui aime la variété, à chaque fois qu’un jeu entrait dans la thématique fond de garde-robe, mon intérêt était toujours décuplé. Donc, quand j’ai entendu parler du jeu The Others 7 Sins, mon intérêt fut immédiatement piqué. Entre la vidéo de présentation très bien faite de CMON (Cool Mini Or Not) et ses miniatures fabuleuses, il ne m’en fallait pas plus et ce jeu se propulse  au sommet des jeux à tester dès sa sortie. À quelle station le hype-train va-t-il me déposer, station déception ou station satisfaction?

others-7-sins-board

Dans ce jeu, un joueur incarne un des 7 péchés capitaux qui tentent de mettre à feu et à sang la ville de Haven alors que les autres joueurs vont jouer les membres de F.A.I.T.H. (Federal Authority for the Interdiction of Transdimensional Horrors), une organisation qui constitue la dernière ligne de défense contre l’Apocalypse.

Comment on joue?

Tout d’abord, de tous les jeux compliqués auxquels j’ai joué dans ma vie, The Others 7 Sins est un des plus simples! À première vue, le jeu pourrait paraitre intimidant avec ses 43 pages d’instructions, mais le cœur du jeu se comprend simplement et s’explique à 90% avec le sommaire des règlements au verso du livret de règles. Voici donc un survol de la mise en place et du jeu :

Cette étape peut paraître simple, mais il y a des subtilités stratégiques assez importantes, qui si ignorées, peuvent miner les chances de victoire d’une des deux factions.

1-En premier lieu, choisissez le joueur qui incarnera le méchant pour la partie. Je vous conseille de choisir le joueur le plus expérimenté dans votre groupe pour les premières parties. Ce dernier dois ensuite choisir quel péché il veut jouer (le jeu de base vous fournit le choix entre la paresse et l’orgueil) ainsi que l’acolyte qui va l’aider dans sa mission. Ici, le joueur va tenter de créer une synergie entre son péché et ses acolytes. Finalement, il pige 5 cartes en lien avec le péché choisi, ces cartes seront utilisées pour nuire aux joueurs.

2-En groupe, choisissez quelle mission vous voulez jouer. Le jeu fournit 7 missions avec 2 mises en place différentes. Si les joueurs ne s’entendent pas sur la mission, sélectionnez-en une au hasard.

3-Les joueurs incarnant F.A.I.T.H. composent une équipe de 7 héros composées d’un leader, 2 tireurs, 2 combattants et 2 supports. Le jeu de base vous fournit les 7 héros sans possibilité de substitution, mais si vous vous procurez des héros supplémentaires, vous pouvez personnaliser votre équipe en fonction du scénario, ce qui peut grandement vous aider, ou vous nuire si vous ne portez pas attention aux objectifs.

Voilà, vous êtes maintenant prêt à jouer!

Phase de jeu de l’équipe F.A.I.T.H.:

Les héros ont deux actions par round à accomplir. Celles-ci se résume à bouger de 2 cases et agir ou agir et bouger de 2 cases. Leurs actions se résument en deux choix résolus avec les dés :

others-7-sins-des

Se battre : si vous vous trouvez sur la même case (ou à distance dans le cas d’un tireur) qu’un ennemi, ils peuvent utiliser leur force pour tenter de tuer ledit monstre, qui va réagir en simultané dans le cas d’un combat au corps-à-corps.

Purifier une zone : Si un jeton danger est présent sur votre case vous pouvez tenter de l’enlever du jeu en utilisant la statistique de compétence.

Une fois par round, chaque héros peut faire appel à la ville pour les aider. Cela se résume à déposer son jeton «ville» dans le quartier où ils se trouvent et accomplir les avantages inscrits sur ce quartier. Cette action est gratuite, donc ne compte pas comme l’action de votre tour.

others-7-sins-cartePhase de jeu du joueur Sin :

Le joueur Sin n’a pas de tour en tant que tel, son jeu se résume en deux actions possibles qui vont interrompre le tour des joueurs :

Jouer une carte : une seule fois durant le tour d’un joueur,  il peut l’interrompre  et jouer une de ses cartes pour lui nuire. Par contre, les cartes ont des restrictions et doivent être jouées à moments précis.

Réagir à un joueur : à la fin du tour d’un héros, le joueur Sin peux réagir en activant un monstre pour le déplacer vers le joueur qui venait de jouer ou l’attaquer si un monstre se trouve sur la même case que ce dernier joueur. Le joueur Sin est limité à un nombre de réactions par tour, il doit donc les utiliser judicieusement.

Fin du round :

À la fin du round, le joueur Sin va avoir certaines choses à faire, tout dépendant du scénario, et va ensuite replacer un certain nombre de créatures mortes sur le plateau de jeu et repiger un certain nombre de cartes et va avancer la piste de l’apocalypse, s’approchant ainsi de la victoire.

Et voilà, vous êtes prêt pour un nouveau round. J’ai volontairement omis plusieurs détails du jeu, mais avec ce résumé vous devriez comprendre l’essentiel du jeu.

Critique :

À première vue, ce jeu semble être un mariage impie entre Zombicide et Descent, mais il n’en est rien. Ce jeu a sa propre saveur et c’est tant mieux. Ma plus grande crainte pour The Others 7 Sins était d’avoir une fois de plus un jeu avec de superbes miniatures, mais avec un système de jeu se résumant à massacrer une horde infinie de monstres. Ici, nous avons affaire à un jeu tactique très serré où l’équipe de F.A.I.T.H. doit accomplir une mission le plus rapidement possible alors que le joueur Sin fait tout en son pouvoir pour les ralentir, car chaque tour perdu par un membre de F.A.I.T.H. est un tour de moins pour vaincre le mal. Est-ce que j’ai aimé le jeu? Oui. Est-ce que ce jeu a réussi à livrer le jeu qui allait écraser la concurrence comme je l’espérais? Non. C’est un jeu décent, qui va satisfaire les amateurs de miniatures et de jeux stratégiques. Pourquoi? Personnellement, sa thématique m’a déçu.

En fait, le jeu que j’attendais le plus cette année m’a déçu sur l’aspect qui m’attirait le plus. Visuellement, le jeu est tout simplement parfait, les figurines sont magnifiques, les tuiles de jeux sublimes et tout le reste des composantes est parfait. Alors pourquoi la thématique ne ressort-elle pas? Deux points d’après moi ont été très mal exploités. Premièrement, le manque d’histoire autour du jeu. Dans un jeu immersif, il est toujours plaisant d’avoir une trame narrative qui va nous mettre dans l’ambiance, comme dans Mansions of Madness ou Eldritch Horror. Ici, c’est complètement ignoré, on retrouve des fragments d’histoire ici et là, mais rien de concret. De plus, on constate une tentative de suite logique dans le jeu, car il y a une mission finale qui marque la fin de la trame narrative du jeu et qui ouvre la porte pour l’expansion du jeu Apocapypse. C’est comme si l’équipe derrière le jeu ont débuté un mode campagne et on tout simplement laissé tomber au bout d’une heure de travail. Justement, un livret de campagne aurait très certainement réglé le problème, chose qu’Eric Lang avait pourtant déjà fait avec un jeu similaire, Arcadia Quest.

others-7-sins-horreur

L’autre point faible réside dans les figurines des monstres. Si je mets sur la table les sept avatars, qui sont supposés être une représentation vivante du péché, je m’attends qu’on puisse les distinguer facilement, mais mis appart l’avatar de la gourmandise, ils sont difficilement distinguables et sont souvent confondu avec un autre péché. Pour moi, c’est un constat d’échec, car il y a clairement une incompréhension du sens véritable des péchés représentés ici dans notre culture. Ou des artistes qui ont mis plus de détails sur les aspects gore plutôt que de tenter d’utiliser un visuel représentant plus facilement la figurine A de la figurine B.  Petit défi, tentez de deviner quel péché cette figurine représente :

others-7-sins-figurine

La réponse est à la fin du texte.

Finalement, l’absence de texte d’ambiance aide encore plus à oublier la thématique, ce qui aurait pu grandement l’aider à s’en sortir.

Là où The Others 7 Sins est sauvé, c’est dans ses mécaniques. Éric Lang réussit une fois de plus à trouver des mécaniques simples, mais bien pensées pour avoir des parties fluides, amusantes et hautes en émotions!

Je vais m’attarder sur deux mécaniques qui, d’après moi, ressortent du lot. Tout d’abord, celle de la corruption. Au fil de la partie, les membres de F.A.I.T.H. vont être inévitablement  corrompus. Ce qui rend cette mécanique intéressante, c’est que plus un héros est corrompu, plus il devient fort et il peut décider de se corrompre volontairement pour activer ses nouveaux pouvoirs et dévaster l’ennemi. Le seul hic, c’est qu’une fois bien corrompu, le héros reçoit beaucoup plus de dégâts et est bien plus enclin à être tué.

La seconde mécanique englobe tout ce que le joueur Sin peut faire. Tout d’abord, le fait qu’il n’y ait pas de tour a proprement dit, mais plutôt une série de réactions possible dans un round lui permet de s’adapter pour contrer les plans des joueurs F.A.I.T.H. De plus, ses cartes peuvent grandement affecter une partie en allant d’un simple mouvement jusqu’à l’apparition de l’Avatar directement sur un joueur s’apprêtant à attaquer un simple acolyte.

Sinon, globalement, le jeu est très bien huilé, les tours sont rapides avec pour seul temps mort les moments où les joueurs vont discuter entre eux quant au choix d’action à entreprendre dans leur prochain tour. Ce qui est bien en plus, c’est que le joueur incarnant les démons a le droit, s’il trouve que les joueurs prennent trop de temps pour se décider, de les interrompre et de choisir à leur place. Ce règlement peut être difficile à appliquer, mais une simple utilisation de chronomètre (je recommande 1 minute) arrange le tout.

others-7-sins-figurines

Finalement, si un peu plus d’amour avait été donné sur l’aspect narratif, The Others 7 Sins aurait pu se placer au sommet de ma pyramide de jeux, mais je ne peux pas non plus dire que je suis déçu du jeu de façon globale. Il faut également tenir en compte que ce jeu était la locomotive de mon Hype-Train, ce qui m’influence surement sur un côté plus négatif que positif. Je le recommande pour tous joueurs qui aiment les jeux stratégiques avec un look d’enfer (littéralement!) et aux amateurs de miniatures, car malgré leur aspect un peu confus, elles sont les plus belles créée à ce jour pour un jeu de société.

Critique en tableau

Thématique :

+ Un jeu qui ne traite pas de zombie ou du mythe lovecraftien

– figurine ont un look très monstrueux, mais ne se rapproche pas assez de ce qu’elles devraient représenter.

– Absence d’une trame narrative qui aurait dû être incluse à travers un livre de campagne.

Mécaniques :

+ Mécaniques fluides

+ Système de combats par dé qui est bien balancé via la corruption

+ Jeu très bien balancé.

+Mécaniques intuitives

Matériel :

++ les miniatures sont sublimes

+très bonne valeur de rejouabilité

+Cartes, plateau et autres accessoires d’excellente qualité

-le système de séparation inclus avec le jeu est très chaotique. Par exemple, les monstres du même type ne sont pas regroupés ensemble

 

Prix de détail : 125$

Temps de préparation : 20 minutes

Temps de jeu d’un scénario : 90 à 150 minutes

Gab-o-score : 75% (85% quand le Hype-Train va être parti)

 

C’est ce qui conclut cette autre merveilleuse critique de ma part. J’espère qu’elle vous a plu! Il me reste le temps pour une dernière critique avant d’entrer dans une série de chroniques, qui ne seront pas des critiques officielles, alors de quel jeu aimeriez-vous le plus entendre parler dans ma dernière critique avant janvier? Je vous offre trois choix : Mansions of Madness 2e édition, Pandémie : le règne de Chtulhu ou City of Horror? Vous pouvez me faire savoir quel jeu vous voulez que j’étudie pour vous dans les commentaires ci-bas, sur notre page Facebook ou via mon courriel, gabriel.clairobscur@gmail.com sur ce, la réponse pour le monstre : il représente le péché de l’orgueil! Bravo si vous l’avez eu, sur ce, le mot de la fin : gourgane.

Gabriel «Gab le felon» Valiquette

About Gabriel «Gab le felon» Valiquette

Gabriel ‘’le félon’’ Valiquette, né en 1983, a été initié aux jeux de société à son plus jeune âge. Avec le temps, il est devenu un expert autodidacte en jeux de société, il en possède d’ailleurs une impressionnante collection qu'il agrandit régulièrement.

5 Comments

  1. Très belle critique. Pour moi 7 Sins va sortir Descent de ma ludothèque et peut-être même Zombicide. Je suis très enthousiaste vis-à-vis le jeu et cela avant et après l’avoir joué. Mais je trouve que ta critique attaque les bons points du côté narration et visuel des pêchés! Malgré tout pour moi c’est un hit que j’espère sortir quelquefois mais je n’ai pas les groupes de jeux appropriés.

  2. Bonne critique! Pour les figurines, je suis bien d’accord avec toi mais on représente ça comment en bebitte pas fine, « l’orgueil »?

  3. Gabriel «Gab le felon» Valiquette Gabriel «Gab le felon» Valiquette 14 octobre 2016 at 21 h 11 min

    Merci a vous deux pour les bons commentaires. Pour ce qui est de la représentation des péchés certains étais très facile mais ont été bâclé. L’avarice, la gourmandise, la luxure, la paresse et la colère sont tout de même facile à représenté. Pour ce qui est de l’orgueil et l’envie, ok, un petit défi de créativité ici, mais je suis certain que n’importe quel artiste de talent est capable d’esquisser quelque choses qui va ressemble a autre choses d’une aberration qui semble un mix entre un troll du seigneur des anneaux et Cthulhu!

  4. Yo !
    Bonne critique ! j’ai pledgé ne suis pas déçu ! j’ai les 7 péchés et ça claque !
    Je suis en attente d’un autre jeu « LOBOTOMY » ça se passe dans un asile et on joue les patients qui doivent s’échapper… avec nos troubles etc… super background pour moi ! En as tu entendu parler? une critque est-elle prévue !
    Usherie

Répondre à Gabriel Annuler la réponse.

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :