SATAN PREND POSSESSION DE LA MAISON D’ÉDITION SPECTACULAR OPTICAL

Couverture Satanic PanicUne initiative de l’éditrice en chef Kier-la Janisse, la maison d’édition montréalaise Spectacular Optical tient son nom de la compagnie de lunettes fictive (en réalité fabricante d’armes pour l’OTAN) du film Videodrome de David Cronenberg. Bien connue de la communauté de culture d’horreur canadienne, la Brittano-colombienne a une feuille de route impressionnante : fondatrice de l’Institut Miskatonic d’études sur le fantastique, programmatrice et membre du jury de divers festivaux, auteure, collaboratrice à plusieurs médias, y compris le magazine mensuel Rue Morgue, et la liste s’allonge. Le mandat de la maison d’édition? Promouvoir la culture underground et le cinéma de genre canadiens.

C’est en compagnie de Paul Corupe qu’elle coédite l’anthologie d’essais Satanic Panic : Pop-Cultural Paranoia in the 1980s, parue le 5 août dernier. Paul Corupe, un auteur ontarien dont le travail a été publié dans de multiples médias, est fondateur du site dédié au cinéma d’exploitation canadien Canuxploitation et cofondateur de The Black Museum, qui organise des conférences et projections à Toronto. Ces deux experts ont monté une série d’essais consacré à la « chasse aux sorcières » aux sataniques ayant marqué le paysage culturel des années 1980. L’ouvrage, dont le texte est soutenu par bon nombre de références et la mise en page par de nombreuses photographies et illustrations, réunit une série de textes qui étudient en profondeur les causes et conséquences de la peur du satanisme à la fin du vingtième siècle, depuis la publication de la (fausse) autobiographie Michelle Remembers (1980), qui raconte le calvaire d’une enfant élevée au sein d’une secte maléfique, jusqu’à l’inculpation toute aussi fautive des West Memphis Three en 1994, en passant par le meurtre aussi nébuleux qu’épouvantable perpétré par le pseudo satanique Ricky Kasso en 1984 et l’émission spéciale de 1988 animée par Geraldo Rivera, Devil Worship: Exposing Satan’s Underground, qui comptait un Ozzy Osbourne mal à l’aise parmi ses invités. L’ouvrage se penche sur les répercussions de cette paranoïa sur la musique rock, le jeu Donjons et Dragons et les dessins animés, pour ne nommer que ceux-ci. Toujours pertinents, les auteurs signent des essais forts, toujours impartiaux malgré un ton parfois très personnel, qui ne sont en rien antireligieux.

Il s’agit sans conteste d’un ouvrage de qualité à consulter chapitre par chapitre, selon sa curiosité. On ne peut qu’espérer que l’avenir lui donnera droit à une réédition avec couverture rigide et encore plus d’illustrations couleur.

En anglais seulement.

La photo à la tête de cet article a été prise par Alyssa Favreau et publiée initialement sur le blogue de la librairie Drawn and Quarterly.

nametag-élise

About Elise Henripin

Boulimique de littérature et de cinéma d’horreur, Élise a collaboré à plusieurs blogues et projets consacrés à cet univers, dont Sinistre Magazine et Strange-Movies. Depuis 2014, elle est également chroniqueuse littéraire à l'émission L'étrange programme, un magazine culturel diffusé sur les ondes de TCF - La télévision communautaire de Montréal. Auteure d’un roman intitulé Soif publié en 2011, elle espère renouveler l’expérience de publication d’ici quelques années. Suivez-la sur Twitter et Instagram @ehenripin.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :