Santa Clarita Diet: humour, gore et zombie!

Après le succès de House of Cards, Orange is the New Black et Strangers Things, quand une nouvelle série Netflix voit le jour, on est porté à tendre l’oreille vers ce que les critiques ont à en dire. Et quand cette série met en scène une Drew Barrymore qui se rassasie de chair humaine, être intrigué est la moindre des choses! Alors, que vaut la série zombie Santa Clarita Diet, du créateur Victor Fresco ?

Santa clarita diet critiqueSheila et Joël Hammond, sont amoureux depuis le secondaire où elle était miss populaire et lui, le quarter back de service. Aujourd’hui mariés et agents immobiliers, ils vivent une vie tout ce qu’il y a de plus banale avec leur fille Abby dans une banlieue tranquille. Mais voilà qu’un beau matin, Sheila se met à vomir en très grande quantité et réalise que son cœur ne bat plus! Comme si cela n’était pas assez, la mère de famille pourtant coincée devient extravertie, pleine d’énergie et…cannibale! Désemparé, mais ne voulant pas perdre sa femme, Joël tente de l’aider à tuer, mais attention, façon Dexter, autrement dit, seulement des gens qui le méritent.

Humour absurde

On le devine, cette quête de chair humaine placera le couple dans une variété de situations rocambolesques. L’humour de Santa Clarita Diet s’appuie sur le mélange détonant des genres sitcom familiale et horreur, véritable moteur a absurdités et exagérations. Les acteurs surjouent volontairement, ce qui peut parfois agacer et les mimiques constipées de Joël (Timothy Olyphant) ne manqueront pas d’en horripiler certains.

Malgré ces petites lacunes, Santa Clarita Diet est une série qui se bonifie d’un épisode à l’autre et on finit par s’habituer au comportement trop gai de Sheila et au malaise trop parodié de son mari. Les spectateurs qui embarqueront dans l’humour « on fait semblant que tout est correct avec de grands sourires même s’il y a du sang partout », s’attacheront rapidement à cette famille dysfonctionnelle.

Encore des zombies!

drew barrimore zombie santa clarita dietProfiter une fois de plus de l’engouement zombie, qui a déjà été pressé comme un citron, constitue un pari risqué. Fresco a tout de même réussi à s’en tirer en utilisant mine de rien une nouvelle métaphore. Les zombies sont l’expression même du «ça», cette partie de nous qui fait et prend tout ce qu’il veut, qui consomme (dévore) excessivement sans se soucier des conséquences. D’où la libido exacerbée de Sheila, son impulsivité et sa soudaine envie de sortir danser avec les voisines.

Santa Clarita Diet colle donc à sa vocation; un divertissement léger et gore, mené par des personnages certes stéréotypés, mais définitivement attachants. Vos éclats de rire vous mèneront d’un épisode à l’autre dans le temps de le dire!

Les 10 épisodes d’une vingtaine de minutes sont disponibles sur Netflix, en français et en anglais, depuis le 3 février 2017.

Anne-Marie Bouthillier

About Anne-Marie Bouthillier

Lectrice insatiable passionnée par l’écriture, détentrice d'un baccalauréat par cumul (création littéraire, français écrit et rédaction) et a forgé ses premières armes de rédactrice chez le magazine Québec Érotique et le site Canoë. Fan d’horreur et nourrissant une forte curiosité pour tout ce qui est bizarre, Anne-Marie a publié des nouvelles dans Horrifique, Souffle d’Éden et Clair/Obscur.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :