Resident Evil 7 Biohazard : notre critique

resident evil 7 viohazard critique

Resident Evil 7 prend place en juillet 2017, environ 4 ans après les événements de Resident Evil 6. L’histoire se déroule dans la ville fictive Dulvey, en Louisiane. Nous jouons un tout nouveau personnage : Ethan Winters. Il cherche à retrouver sa femme Mia, disparue depuis 3 ans et  présumée morte. Lorsqu’il reçoit une vidéo qui lui prouve qu’elle est vivante, les indices l’emmèneront vers la propriété des Bakers, une plantation abandonnée assez particulière.

La franchise Resident Evil a toujours été inspirée de films classiques de zombies comme ceux de George A. Romero. Dans ce volet, il s’agit plus d’une inspiration de Massacre à la tronçonneuse ; on y retrouve de vieilles cabanes délabrées, du cannibalisme et une famille complètement folle. On oublie les zombies pour aller explorer de nouveaux horizons ; on plonge dans un autre type d’horreur qui est tout aussi terrifiant que nos classiques. Vous trouverez, tout au long de votre exploration, de beaux clins d’oeil qui ne sont là que pour ceux qui possèdent une culture bien précise.

famille resident evil 7

Histoire

Durant sa progression,  Etha va recevoir un appel d’une femme nommée Zoe, qui va le guider durant son périple. Vous allez devoir trouver 3 clés et différents objets importants qui sont placés dans des lieux variés. Sur votre chemin, Daddy, Marguerite et Lucas vont tout faire pour vous tuer, faites attention !  À l’exception des Bakers, il y a que deux autres types de monstres qui vous guettent dans le noir. Sans trop en dire, l’histoire laisse place à des rebondissements surprenants. Bien évidement, un virus est la cause de tout, mais de quoi exactement?  Les choix que vous ferez durant le jeu vous conduiront vers des conclusions différentes.

Gameplay

Le joueur contrôle le protagoniste, Ethan Winters, d’une perspective à la première personne, tel que dans le démo The Begenning hour. Ce nouveau point de vue rend l’expérience de jeu encore plus épeurante, car on a l’impression de ressentir vraiment ce que notre héros vit. Resident Evil 7 parvient à créer un sentiment d’impuissance qui aide grandement à établir un environnement et une atmosphère qui nous rend inquiet au moindre bruit.

resident evil 7gameplay

Au début, Resident Evil 7  fait beaucoup penser à Outlast et Amnesia, mais c’est pourtant dans les mêmes cordes que les vieux jeux de Resident Evil, ceux que nous avons tant aimés. Contrairement aux Resident Evil 4-5 et 6, le jeu est beaucoup plus orienté sur le côté survival et sur l’exploration, aspects des premiers volets que les fans voulaient revoir.

La version PlayStation 4 est jouable en VR (réalité virtuelle), en utilisant le casque PlayStation VR. Déjà que le jeu est terrifiant même sans VR, alors pouvez-vous imaginer combien le facteur de peur peut augmenter quand vous êtes vraiment là?

Inventaire et sauvegarde

Sur votre chemin, vous trouverez des objets que vous pouvez examiner ou combiner pour produire une variété d’éléments utiles, y compris des bouteilles de guérison, des munitions ou d’autres types d’objets qui peuvent ensuite être utilisés pour résoudre des énigmes. L’aventure contient beaucoup d’objets à trouver comme des Repair kit et des Antique coin qui viennent ajouter un bon plus au gameplay.

resident evil inventaire

Nous retrouvons également un inventaire restreint en capacité, mais qui peut être agrandi au cours du jeu en trouvant des sacs à dos qui sont cachés dans la carte. Il est également possible d’utiliser les boîtes d’articles vertes situées dans les salles de sauvegarde pour déposer nos objets en surplus.

Pour sauvegarder, le joueur n’a pas besoin de trouver des Ink rubbon, comme dans de précédents volets, il a juste à toucher le magnétophone pour enregistrer manuellement. Mais consolez-vous cher fan, dans le mode Madhouse, il faut trouver des cassettes pour sauvegarder !

Graphisme et trame sonore

Resident Evil 7 offre une performance haute définition sur PS4 Pro avec un total de 4K et HDR qui ajoute beaucoup aux textures et aux graphiques. Sur PC, nous avons une qualité similaire au PS4 avec du 4K et 60fps. J’ai été vraiment étonnée de la fluidité des mouvements et de l’animation en général. Et pour le côté sonore, il ne s’appuie pas sur les sauts de peur. Il crée lentement un sentiment de crainte. Une atmosphère des plus savoureuse.

Bonus

Que serait Resident Evil sans ses fameux bonus? C’est toujours une source d’excitation de découvrir ce qu’on a gagné quand on conclut le jeu une première fois. Eh bien voilà:

-Terminez le jeu une fois, peut importe de niveau de difficulté, et le mode Madhouse va apparaitre. Vous obtenez  aussi le Albert-01R handgun, l’arme donc vous allez vous servir pour battre l’ennemi final. Ces minutions sont limitées, mais elles font des dégâts de taille aux ennemis. Vous allez le trouver dans la boîte d’articles durant votre prochaine partie.

Terminez le jeu à «normal» et vous allez déverrouiller Secrets of the defence, un rouleau qui réduit les dégâts que les ennemis vous font pendant que vous bloquez leurs attaques, mais vous devez l’avoir dans votre inventaire pour qu’il fonctionne. Il y a aussi les 20 Mr. Everywhere bobble-heads qui sont à détruire pour débloquer un autre bonus, The essence of the defence.

-Terminez le jeu une deuxième fois et obtenez Running Shoes, qui sert à terminer le jeu en moins de quatre heures. Par la suite, en terminant le jeu en moins de quatre heures, vous obtenez une scie circulaire et une paire de lunettes qui sert à trouver les objets plus facilement.

Et finissez le mode Madhouse et vous aurez des munitions à l’infini !

resident evil 7 objets

Il y a donc des bonus pour tous les types de joueur.

Malgré certains changements majeurs, on peut dire que nous avons enfin retrouvé l’essence même d’un Resident Evil qu’on aimait tant. Le côté survival est présent et il est agrémenté de nouveaux puzzles qui sortent de l’ordinaire. L’histoire nous garde en haleine jusqu’à la dernière seconde. Seuls bémols : le boss final un peu trop facile et la fin légèrement décevante, mais cela n’empêche pas que le jeu est tout à fait satisfaisant. Un bon dix heures de pur plaisir et d’angoisse.

Éditeur: Capcom

Genre: Horreur-Action-survival

Classification: 18+

jouable en solo, compatible en playstation VR

Critique par Mélanie Richer

Mélanie Richer

About Mélanie Richer

À l'âge de 4 ans, elle a le coup de foudre pour l'horreur en tout genre. À la fin de son secondaire, elle décide de se lancer dans le programme d'arts et lettres, profil cinéma, mais se retire après un ans et demi. Elle se lance par la suite dans le domaine du maquillage et effets spéciaux mais choisit un autre chemin, celui du monde des jeux vidéo. Diplômée en modélisation 3D, son but est de travailler comme éclairagiste et, un jour, de réaliser son propre jeu d'horreur. Suivez-la ici : https://www.artstation.com/artist/zaliria

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :