Le Petit Chaperon rouge a perdu son innocence

petit chaperon rouge Sonia Alain AdA-_resized

Auteure prolifique, Sonia Alain a déjà offert aux annales littéraires de nombreuses séries telles que Les gardiens des portes et La dame de Knox. Pour son entrée dans le sombre cercle des Contes interdits, elle s’attèle à une variante du Petit Chaperon rouge où l’innocence n’existe pas. Ce conte populaire a pris ses racines dans la tradition orale avant le 17e siècle et a bénéficié d’innombrables versions, avant d’être figé dans le temps par les célèbres Frères Grimm et Charles Perrault. De nos jours, de multiples adaptations pointent le bout de leur nez, que ce soit dans le domaine du cinéma, de la littérature, du dessin animé et même des jeux vidéo.

Petit Chaperon rouge Sonia Alain AdAAngelika Stojka vit en harmonie avec la nature, au cœur d’une forêt avec sa grand-mère tsigane, Malicia, qui connaît très bien la magie. Malheureusement, un terrible événement vient troubler leur parfaite quiétude. Malicia découvre la vérité sur le décès de sa fille, un voile qu’elle n’aurait jamais dû lever. Elle mourra pour cela, assassinée par six hommes sous les yeux d’Angelika. À la suite de nombreux séjour en centre jeunesse, Angelika devient «la louve», une dangereuse séductrice prête à tout pour venger sa mère et sa grand-mère.

Sonia Alain est une des auteures des Contes interdits qui s’en tient le plus au conte originel. Ce qui est très apprécié, car on aime bien sûr retracer les éléments de l’histoire qui ont été tordus et modifiés. Il y a bien une grand-mère qui coiffe sa petite fille d’une cape rouge, un chasseur et un loup. À l’image des versions antérieures, l’auteure s’amuse à jouer avec les rôles de chacun. Sonia Alain a eu la bonne idée de placer le Petit Chaperon rouge, Angelika, dans la position de la belle vengeresse, ce qui a très peu été utilisé dans d’autres adaptations. Nommons seulement le film Hard Candy (2006) où le personnage du Petit Chaperon rouge, joué par Ellen Page, fait subir les pires sévices à un présumé agresseur.

D’autres protagonistes se sont vus transformés. En effet, un loup, tel un as dépassant d’une poche, est l’allié d’Angelika. Mais les vrais prédateurs sont des hommes, Arnaud St-Cyr et sa bande, à la tête d’une organisation de traite d’enfants. Ils sont dépeints comme de purs obsédés sexuels sadomasochistes à l’instinct pratiquement réduit à l’état d’animaux sauvages. Quant au rôle du chasseur, la figure masculine qui aide le Petit Chaperon rouge, il revient à Olivier, un policier chargé de récolter des informations sur Arnaud et ses collègues. Malheureusement, ce personnage apporte très peu à l’histoire, excepté un point de vue extérieur sur les agissements d’Angelika.

Malgré un bon mélange d’action et de scènes chaudes, quelques éléments troublent fortement la lecture. Les personnages, et même Angelika, ne sont développés qu’en surface. La plupart n’ont pas d’autres dimensions que leur nom sur le papier. On aurait aimé que le Petit Chaperon rouge ait une personnalité plus forte, mais elle n’est que vengeance. Absolument rien d’autre. Les méchants également auraient pris en crédibilité si quelques nuances à leur comportement avaient été ajoutées.

L’introduction traite de l’instruction magique qu’a reçue Angelika de sa grand-mère, ce qui nous plonge dans un univers agréablement intéressant, mais les éléments magiques sont plutôt mis de côté par la suite. C’est dommage, puisque Angelika aurait pu s’en servir de façon plus significative contre St-Cyr et les membres de son organisation. D’ailleurs, on aurait préféré que l’héroïne utilise’autre chose que la séduction et la sexualité pour arriver à ses fins, car c’est très réducteur. Après tout, les femmes ont bien d’autres atouts et ruses dans leur sac!

Par contre, il faut le donner à Sonia Alain, elle a le tour de décrire des scènes osées efficaces. Dans le cas de son conte interdit, la sexualité créer un malaise voulu devant le mélange de luxure et de dégoût. Autre excellent point, l’auteur à de l’imagination à revendre côté torture et meurtre! Messieurs, vous risquez d’avoir mal aux bijoux de famille en parcourant certains passages!

Le Petit Chaperon rouge offre un beau bonus aux lecteurs assidus des Contes interdits. La petite fille aux allumettes, qui revient dans chaque roman, se dévoile de façon considérable. On apprécie grandement de connaître des éléments de son passé et peut-être même l’explication de son omniprésence dans les contes!

À la lecture des remerciements de l’auteur, on constate qu’elle n’a eu que deux mois pour écrire Le Petit Chaperon rouge, un délai exceptionnellement court. Ce qui explique que le roman bénéficie d’une bonne base, contient d’excellentes idées, mais manque de finition et de profondeur.

Anne-Marie Bouthillier

About Anne-Marie Bouthillier

Lectrice insatiable passionnée par l’écriture, détentrice d'un baccalauréat par cumul (création littéraire, français écrit et rédaction) et a forgé ses premières armes de rédactrice chez le magazine Québec Érotique et le site Canoë. Fan d’horreur et nourrissant une forte curiosité pour tout ce qui est bizarre, Anne-Marie a publié des nouvelles dans Horrifique, Souffle d’Éden et Clair/Obscur.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :