Pandémie : Le règne de Cthulhu ou quand Cthulhu devient maladif

Pandémie Règne de Cthulhu

pandemie-regne-de-cthulhuAnnée : 2016

Nombre de joueurs : 2-4

Thématique : Mythe Lovecraftien

Mécaniques : Coopératif, points d’actions.

Un Mal innommable repose sous vos pieds, sous le sol que vous foulez, mon amie. Il se cache dans les plis silencieux de l’ombre, dans l’espace entre les étoiles de minuit. Il murmure depuis les profondeurs marines des rêves de chaos et de folie aux masses. Les moyens d’empêcher son entrée dans notre monde se trouvent autour de vous, partout. Un Mal ancien s’agite dans les recoins des ténèbres du monde. Saurez-vous empêcher son éveil à temps?

Lorsque j’ai débuté dans l’univers des jeux de société, plusieurs jeux m’ont été rapidement  recommandés avec enthousiasme. Un de ces jeux était le succès commercial Pandémie. Lorsque j’ai joué ma première (et dernière) partie, je fus amèrement déçu. Pourquoi? Je suis un méchant Alpha Gamer. Inutile de dire qu’après avoir bossé mes amis et ma blonde pendant 20 minutes tout le monde en avait ras le bol, moi y compris! En plus, avec ma blonde qui est germaphobe, le rythme du jeu était constamment interrompu quand quelqu’un lui rappelait qu’elle manipulait des cubes de SIDA. En gros, l’expérience ne fut pas très bonne et j’ai oublié Pandémie.

L’eau a depuis coulé sous les ponts et j’ai donné une seconde  chance à ce jeu via le phénomène mondiale Pandémie Legacy. Malgré son style de jeu répétitif, j’ai passé à travers la campagne grâce à sa merveilleuse trame narrative, mais ça ne m’a pas nécessairement donné le goût de rejouer au jeu classique. Alors quand Pandémie, Le Règne de Cthulhu a été annoncé, ma première réaction fut : «haha! Passe de cash!» Ma seconde fut : «ouin c’est du Cthulhu, je n’aurai pas trop le choix de faire une revue éventuellement, zut». Malgré tout, une copie s’est retrouvée sur la table de ma cuisine, pour y  rester, car d’un côté j’avais mes mauvais souvenirs du Pandémie classique et de l’autre, l’aventure épique que sa version Legacy m’avait donnée. Ainsi, après le hype-train de The Others : 7 Sins, j’ai fait la revue de reculons de Pandémie, Le Règne de Cthulhu.

pandemie-lovecraft

Dans ce jeu, vous incarnez un enquêteur qui tente d’empêcher l’arrivée de Cthulhu dans le monde, car cela signerait la fin des temps pour l’humanité. Donc, avec vos ressources limitées et vos compagnons, vous allez vous ingénier à  fermer les  portails qui se trouvent dans 4 villes de l’univers de Lovecraft  (Arkham, Innsmouth, Kingsport et Dunwich) tout en essayant d’éliminer les regroupements de cultistes qui cherchent à invoquer des Grands Anciens et comme si ce n’était pas suffisant, des Shoggoths vont eux aussi entreprendre d’appeler leur maître.

Comment on joue?

Le jeu se divise en deux phases très simples : la phase action et  la phase de pioche. La partie est gagnée une fois que les 4 portails sont fermés et la défaite survient de trois façons :

  1. Cthulhu est invoqué
  2. Vous tentez d’effectuer une action requise par le jeu et vous en êtes incapable (par exemple piger une carte joueur ou placer un cultiste sur le plateau de jeu)
  3. Tous les joueurs deviennent fous.

Mais avant tout, allons s’y  avec la mise en place.

Mise en place :

Très simple, comme dans le Pandémie classique, il y a six étapes rapides :

  • Disposez les grands anciens de façon aléatoire face cachée aux endroits appropriés, en s’assurant que Cthulhu soit placé en dernier.
  • Placez les cultistes et le Shoggoth de départ sur le plateau de jeu.
  • Les joueurs choisissent leur personnage.
  • (optionnel) Retirez une carte de chaque ville du paquet joueur pour ajuster le niveau de difficulté.
  • Insérez un certain nombre de reliques dans le paquet joueur, ajusté tout dépendant du nombre de joueurs, ensuite distribuez les cartes de départs à chaque participant.
  • Insérez de façon aléatoire (mais bien divisé dans le paquet) les cartes «Le Mal se répand» dans le paquet joueur

Phase actions :

Dans cette phase, le joueur doit choisir entre diverses actions possibles et dois en accomplir 4, il peut, s’il le désire,  terminer son tour prématurément. Voici les actions possibles :

Marche : Le joueur se déplace d’une case.

Prendre le bus : Si le joueur se trouve sur une case bus, il peut, en défaussant une carte de ville, aller n’ importe où dans cette ville.

Traverser un portail : si le joueur se trouve sur un portail ouvert, il peut aller sur un autre portail ouvert au prix d’un jet de santé mentale.

Échanger une carte indice : si 2 joueurs se trouvent sur la même case, ils peuvent donner ou échanger une carte correspondant à la ville ou vous vous trouvez.

Vaincre un cultiste : retirez 1 cultiste du lieu où vous vous trouvez.

Vaincre un Shoggoth : retirez 1 Shoggoth du lieu où vous vous trouvez. Exceptionnellement, cette action coûte 3 actions.

Sceller un portail : si vous êtes sur la case portail d’une ville, défaussez 5 cartes de la ville ou vous êtes pour fermer le portail. Une fois les 4 portails fermer, c’est la victoire.

Phase de pige :

Une fois les actions complétées, le joueur pige 2 cartes dans la pioche joueur. Généralement, ce seront des cartes «ville» que vous obtiendrez. Par contre, parfois certaines reliques puissantes s’y trouveront pour vous aider dans votre quête. Et cachées parmi celles-ci, 4 cartes ‘’Le mal se répand’’ s’y cachent pour vous nuire dans votre quête.

Ensuite, le joueur va piger un certain nombre de cartes  dans la pioche d’invocation qui va aider les cultistes pour invoquer Cthulhu. Ensuite, le prochain joueur agit.

Vous faites donc ces 2 étapes jusqu’à ce que les 4 portails soient fermés ou que le mal vous ait vaincu et que le monde soit englouti par Cthulhu.

Critique :

pandemie-regne-de-cthuluh-piecesTout d’abord, ce jeu soulève 2 questions :

Est-ce que ce jeu est simplement un copié-collé du jeu Pandémie avec une image de Cthulhu sur la couverture?

Est-ce que ce jeu vaut la peine d’être acheté si je possède déjà le jeu Pandémie?

Pour moi, la réponse à ces deux questions est «non». Effectivement, le jeu est thématiquement  très différent et  bien fait. De plus, les mécaniques sont ajustées au thème, ce qui lui donne une saveur assez distincte pour que les amateurs du mythe de Cthulhu y trouvent leur compte. Par contre, mécaniquement, ce jeu est à 90% la même chose que le Pandémie classique, ce qui est très dommage, car le jeu ne tente pas de se différencier outre mesure du jeu original. Par conséquent, la façon dont les joueurs vont approcher ce jeu sera à 90% la même  qu’avec le jeu original. Par exemple, voici ma liste de priorités quand je joue aux 2 jeux :

1-Fermer les portails (équivalent de trouver le remède  d’une maladie)

2-Tuer les Shoggoth (oh mécanique originale!)

3-Tuer les cultistes (équivalent de traiter une maladie)

4-Échanger des cartes «ville» pour fermer les portails (même chose dans Pandémie)

5-Utiliser mon habileté spéciale pour aider le groupe (pareil dans Pandémie)

Donc, le style de jeu d’un à l’autre ne change pas assez à mon gout. Par contre, visuellement et niveau matériel, cette version éclipse TOTALEMENT la version classique de Pandémie. Étant un joueur très eye candy, juste le fait que le jeu soit 100 fois plus beau que son prédécesseur fait de ce jeu un succès. Avoir des figurines de personnages au lieu de pions du genre serpent et échelle et de voir des cultistes et des Shoggoths à l’œuvre sur le plateau plutôt que des cubes. Seulement pour ça, bravo, vous m’avez gagné.

pandemie-regne-de-cthulhu-cartesBon, fini les comparatifs, maintenant regardons en détail le jeu en tant que tel. Mécaniquement, le jeu tient bien la route et les mécaniques se marient très bien avec la thématique.  Pour moi, la meilleure mécanique est que l’appel des Grands Anciens se fait de plusieurs façons différentes, mais logiques. Si trop de cultistes se regroupent, l’invocation est réussie. Si les Shoggoths entrent dans les portails, ils réveillent leur maître et si trop de temps passe, les Grands Anciens se réveillent d’eux même. Cette partie, j’adore!

Par contre, le jeu ne règle pas le gros problème de Pandémie, celui de l’Alpha Gamer. Bon, pour certains groupes, ce problème n’existe pas et tant mieux pour vous, je vous envie! Malheureusement, dès ma première partie, le loup enragé en moi n’a pu se contenir et j’ai dit à tout le monde quoi faire. Pourtant, plusieurs jeux coopératifs sont faits de façon à ce qu’un Alpha Gamer n’ait qu’un impact mineur dans une partie. Mais Pandémie fait partie des quelques jeux qui peuvent être complètement dominés par une seule personne qui va transporter toute l’équipe dans son sillon.

Il y a également la mécanique de folie qui est à mon avis la seule mécanique qui fonctionne plus ou moins bien. Simplement de lancer un dé une fois de temps à autre quand le jeu l’exige pour peut-être perdre de la santé mentale ou faire apparaitre des cultistes (pourquoi faire apparaitre des cultistes?) me semble ajouté à la dernière minute quand l’auteur s’est rendu compte qu’il avait oublié de travailler sa mécanique de folie.

Alors, quoi en penser? Si vous savez que cela peut être un problème, réfléchissez s’y avant d’acheter ou empruntez le avant et testez sur votre groupe. Si cela n’est pas un problème pour vous et que vous ne possédez pas déjà le Pandémie classique et que vous hésitez entre les deux, je conseille fortement Le Règne de Chtulhu, car il est mécaniquement mieux fait.

Thématiquement, le jeu est splendide. J’adore le visuel, autant le plateau que les cartes et le fait que la thématique s’harmonise si bien avec les mécaniques est pour moi une très grande réussite. MAIS, le jeu a un très gros problème dans sa thématique, celui de la piste des Grands Anciens. Je comprends que pour une raison qui m’est toujours obscurs, Cthulhu reçoit 90% du spotlight de l’univers entier de Lovecraft. J’accepte que tous ces jeux considèrent Cthulhu comme étant une très grande menace envers l’humanité et que s’il se réveille, ce soit la fin des temps pour l’humanité. Par contre, qui va me faire croire qu’on peut invoquer Shub-Niggurath, Azathoth, Yog-Sothoth, Dagon, Nyarlathotep et celui dont nous ne prononcerons pas le nom et que les joueurs peuvent tout de même gagner la partie? Pour moi, c’est un gros échec. Pourquoi ne pas invoquer des monstres mineurs et garder les vrais Grands Anciens pour les fins de partie? Surtout que la franchise de Pandémie est reconnue pour ses nombreuses extensions et en y incluant la quasi-totalité des Grands Anciens dans le jeu de base de la version Cthulhu, est-ce un aveu qu’avant même sa sortie ils n’avaient pas l’intention de faire une extension?

Malgré tout, est-ce un bon jeu? Oui. Ce jeu est-il pour moi? Meh. Est-ce que je le recommande? Oui. Je suis certain que plusieurs personnes trouveront leur compte avec ce jeu. Surtout ceux qui aiment l’univers de Lovecraft et qui aiment les jeux plus légers.

Critique en tableau

Thématique :

+Harmonie entre la thématique et ses mécaniques

+La thématique et le visuel aident beaucoup à comprendre le jeu

+Univers de Lovecraft très attirant

– – Azathoth et compagnie sont tous moins dangereux que Cthulhu???

 

Mécaniques :

+Facile à apprendre et très concis

+Bon comme jeu d’introduction

-Menace de l’Alpha Gamer

 

Matériel :

++ Visuel très réussi à tous les niveaux

+très bonne qualité de fabrication

+ Les figurines sont beaucoup plus attirantes que les cubes et pions de la version classique

 

Prix de détail : 65$

Temps de préparation : 10 minutes

Temps de jeu d’une partie : 30 à 60 minutes

Gab-o-score : 78% (J’ai donné 50% au Pandémie classique, le visuel et la thématique sauve ce jeu dans mon cas!)

Je vous reviens très bientôt avec mon premier duel de titan entre Fury of Dracula seconde édition et Fury of Dracula troisième édition. Sur ce, je vous laisse cette fois-ci avec une citation de la fin gracieuseté d’une personne qui m’a aidé à tester Pandémie, le Règne de Chtulhu : «Moi je l’aime, je trouve que la thématique est vraiment moins morbide que le Pandémie standard».

Gabriel «Gab le felon» Valiquette

About Gabriel «Gab le felon» Valiquette

Gabriel ‘’le félon’’ Valiquette, né en 1983, a été initié aux jeux de société à son plus jeune âge. Avec le temps, il est devenu un expert autodidacte en jeux de société, il en possède d’ailleurs une impressionnante collection qu'il agrandit régulièrement.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :