Mort-Terrain, de Biz : l’horreur humaine

mort-terrain-biz-lemeac

Amoureux fidèle de la langue française, Biz fait partie intégrante du paysage culturel québécois non seulement en tant que rappeur volubile au sein du groupe Loco Locass, mais également, depuis 2010, en tant  que  romancier. Après avoir exploré les noires thématiques de la de pression (Dérives) et le suicide chez les jeunes (La chute de sparte), l’auteur nous  offre  une lecture tout aussi sombre avec Mort-terrain, un thriller d’horreur ou les cadavres s’amoncellent sur fond de misère humaine. Une véritable pépite de papier amalgamant mythologie, fantastique, mysticisme, sexe et sang.

mort-terrain-biz-lemeacDétruit par une dure séparation et profondément las de Montréal, ville ou le français n’a plus la cote, le jeune docteur Julien Daigneault s’exile dans un minuscule village Abitibien, ou un stage en médecine l’attend. Lui qui désirait retrouver ses racines, son «bon vieux Québec», déchante rapidement. Le village de Mort-Terrain, en grande difficulté  économique,  abrite pauvreté , chômage, alcoolisme et relations tendues avec les membres des Premières Nations. Daigneault réussit à  se tailler une place parmi les gros bras qui ne  jure que par leur pick-up et les syndicats et les Amérindiens aux prises avec  de graves problèmes de santé et de vieilles blessures à  l’âme.

Mais voilà que la découverte d’une foreuse dans les bois fait éclater l’équilibre déjà précaire de Mort-Terrain; une compagnie minière, Wendigo, s’intéresse à son sous-sol. La population se déchire en deux clans : ceux qui désirent relancer l’économie  de  leur  coin  à tout  prix  et  ceux  qui  s’inquiètent  des  répercussions sur la santé et l’environnement. Entre les deux, le docteur Daigneault, qu’on harcèle afin qu’il prenne position.

C’est ici qu’entre en scène une créature millénaire, repêchée dans le côté sombre du folklore amérindien : le Wendigo. Cette bête hivernale, immense et squelettique, est  une  dévoreuse  de  chair   et  d’âmes   humaines.  Sévissant  également sous forme de malédiction, le Wendigo force les hommes à  s’adonner au  cannibalisme.  Biz  réussit  un  tour  de force en  associant  cette légende aux effets de l’arrivée de l’exploitation minière.  Le  propriétaire  possède même des caractéristiques physiques très proches du monstre cannibale.  L’auteur  explique  que  le  Wendigo  «est  une  clée qui  permet de décoder de façon symbolique ce qui se passe au Québec depuis 20 ou 25 ans. À savoir une cannibalisation de la société  autour de divers  axes de fracture: souverainistes/fédéralistes,gauche/droite, carrés rouges/carrs verts, charte/anticharte, Anticosti/anti-Anticosti. On est en train de s’entredévorer, alors qu’on devrait se tenir les coudes.» Si la métaphore est évidente, les meurtres brutaux et sanglants, eux, sont bien réels.

Avec un style riche en images et une plume ardente dépeignant la réalité sans compromis, Mort-terrain est un roman percutant, qui  soulève des questions nécessaires. Par l’entremise de ce récit multigenre, Biz sème, tout naturellement et sans forcer la note, le germe d’une réflexion sur les enjeux sociaux, politiques et environnementaux actuels, soit le développement des régions, la situation de la population amérindienne et la défense de la culture. Plus qu’un thriller d’horreur, l’aventure tumultueuse et captivante du Dr  Daigneault  recèle  une  quête  identitaire  qui  touche  tous  les  Québécois, car pour Biz, et il le démontre de façon pertinente, «sortir du cul-de-sac identitaire au Québec, ça passe par le rapprochement avec les Premières Nations. »

(Article paru dans Clair/Obscur no.12, spécial gore»

Anne-Marie Bouthillier

About Anne-Marie Bouthillier

Lectrice insatiable passionnée par l’écriture, détentrice d'un baccalauréat par cumul (création littéraire, français écrit et rédaction) et a forgé ses premières armes de rédactrice chez le magazine Québec Érotique et le site Canoë. Fan d’horreur et nourrissant une forte curiosité pour tout ce qui est bizarre, Anne-Marie a publié des nouvelles dans Horrifique, Souffle d’Éden et Clair/Obscur.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :