Mo Masaya : La passion de l’invisible et du mystérieux

Mo Masaya a toujours été influencé par l’occulte. Il s’intéresse notamment à la magie et à la divination. Tout ce qui demeure caché, invisible et mystérieux l’attire. Dès ses premières peintures, une certaine symbolique s’instaure donc naturellement dans son travail. Aujourd’hui, cette inspiration sibylline fait partie intégrante de son œuvre. Entretien avec un artiste à l’imaginaire énigmatique et fascinant.

Mo Masaya Lilith

Lilith, technique mixte -plâtre, paper clay et polyuréthane- 2016

 

Lilith: ou la dénonciation d’une vérité tronquée

 Interrogé au sujet de ses influences pour son œuvre Lilith, Mo Masaya répond :  » Pour ce qui est de Lilith, elle était en grande partie une dénonciation de la vision judéo-chrétienne et des ses anciens textes, qui avaient tendance à travestir -ou même simplement à dissoudre- la vérité. » Selon la tradition juive, Lilith serait un démon féminin. Elle est présentée comme étant la première femme d’Adam, avant Ève.

artiste Mo Masaya Balafré


Balafré no. 21, procédé alchimique -oxyde de fer, tissus, cheveux et acrylique, 2017

Un rapport à la matière très intuitif

J’ai demandé à Mo Masaya de nous décrire le procédé alchimique qu’il utilise, dans la création de certaines de ses œuvres :  »Sans trop en dire, le procédé consiste à accélérer la décomposition de métaux pour en extraire les oxydes; et pouvoir ensuite m’en servir comme pigments. Tout cela est effectué sans l’utilisation de produits chimiques, afin de ne pas calciner la toile. » Toute sa série Balafré a d’ailleurs été réalisée avec ce procédé.

artiste Mo Masaya Balafré no.25

Balafré no. 25, procédé alchimique -oxyde de fer, cheveux et acrylique, 2017

 

Mo Masaya ajoute:  »  La matière m’appelle,  et je l’assemble de la façon dont elle me le dicte. » En ce qui a trait aux étapes de création de l’artiste, Mo Masaya décrit en ces mots sa manière d’aborder la toile blanche :   » …la fermentation des idées a souvent été faite dans ma tête, bien avant de débuter la peinture; ou sinon, comme dans la série des Balafrés, les oxydes se disposent de façon naturelle. Il m’est alors plus aisé d’extirper les personnages des formes abstraites qui sont créées . »

artiste Mo Masaya Balafré no.14

Balafré no.14, procédé alchimique -oxyde de fer, tissus, cheveux, acrylique, 2016

 

L’importance du contact avec les pairs

En regardant une œuvre, on peut se demander comment l’artiste est-il parvenu obtenir une telle juxtaposition des couleurs, une telle maîtrise de la matière? Mo Masaya estime que le contact avec ses pairs demeure essentiel pour progresser :  »J’ai eu une formation acrylique, mais le fait d’avoir été entouré de beaucoup d’autres artistes a favorisé les échanges, et cela m’a permis de faire ensuite mes propres analyses, et de mettre la main à la pâte. »

artiste Mo Masaya la mère des larmes

La mère des larmes, paper clay, fil de fer, cheveux, etc., 2017

Une multitude d’idées et de projets

Mo Masaya m’a aussi informée sur ses projets artistiques à moyen et à long terme :  »Je souhaite coaguler la multitude d’idées que j’ai en tête, et achever toute une multitude de projets en cours. Notamment, un projet d’illustration pour un livre, de même que quelques projets de pochette d’albums. Je continuerai aussi à travailler en vue d’organiser une future exposition, -solo ou duo-fort probablement à Montréal. » En attendant cette exposition, on peut suivre le travail de Mo Masaya sur sa page Facebook : Mo art, ou sur Instagram : Mo Masaya.

Geneviève Sénécal

About Geneviève Sénécal

Geneviève Sénécal est une artiste autodidacte, vivant dans Lanaudière. Après avoir touché au théâtre, à la peinture et au film; elle devient étudiante en arts et lettres. Mais elle choisit d'interrompre ses études, pour se consacrer à l'écriture de romans noirs.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :