La Maison bleu horizon: fantômes et vieille demeure

Maison bleu horizon jeam-marc dhainault roman_resized

Croyez-vous aux fantômes? Aux esprits vengeurs? Aux entités paranormales? Vite comme ça, non… Mais tout le monde a une histoire, pas vrai? La mienne est trop longue pour que je la raconte ici. En résumé: une lumière qui bouge toute seule au bout de son fil, une amie qui me dessine une femme qui vit chez-moi autour d’une bière et moi qui crie comme une perdue en pleine nuit dans mon appart pour qu’elle sacre le camp… Je sais pas si vous, vous en avez vécu une histoire du genre, mais ça change les perspectives.

maison bleu horizon jeam-marc dhainaultDans La Maison bleu horizon, Alan Lambin, enquêteur du paranormal, est contacté par Hélène pour venir passer quelques nuits dans sa maison de Bretagne afin d’élucider le mystère qui se déroule dans cette vieille demeure. En pleine tempête, qui sévit pendant plusieurs jours, Alan se retrouve au coeur d’événements des plus étranges. Un soldat hostile à sa présence, une femme trempée jusqu’aux os qui l’aide à découvrir des lettres au grenier, sans compter ces rêves étranges qui le ramènent au coeur de la première guerre mondiale. Son enquête avance bien, mais les membres de la famille d’Hélène ne coopèrent pas tant qu’ils devraient. Peggy, sa fille, qui déteste Alan et en veut à tout le monde, Thomas, son garçon, qui est terrorisé par le feu et qui ressent le plus les manifestations des fantômes, et Jean-Pierre, son mari, parti en voyage d’affaires qui ne donne étrangement pas de nouvelles à sa famille depuis quelques jours. S’y ajoute la bonne, Mélanie, qui semble vouloir lui dire quelque chose et Paul, son ami, qui ne trouvera jamais la maison et ne pourra venir l’aider.

Jean-Marc Dhainaut, qui en est à son deuxième roman, présente une histoire efficace, mais pas une écriture efficace. De trop longues descriptions et des dialogues qui sonnent faux viennent nuire à la lecture du livre, et surtout, empêche le lecteur d’accrocher au récit, surtout au début. Il faut quelques 7-8 chapitres avant de bien être embarqué dans la Maison bleu horizon et de ne plus être embêté par les défauts d’écriture. Par contre, avec un peu de persévérance, la trame devient très surprenante et m’a même rappelée un de mes meilleurs films d’horreur à vie: Les autres, de Alejandro Amenábar.

Il est intéressant aussi de constater tout le travail de recherche scientifique effectué pour ce livre: le protagoniste utilise une panoplie d’instruments dans la maison pour capter les énergies, les esprits, les sons étranges, etc. et ça contribue à la crédibilité de l’enquête. Alan Lambin n’est certainement pas un imposteur… Au final, dans le vrai fin fond de la chose, ce que raconte Dhainaut dans la Maison bleu horizon, c’est une excellente et très touchante histoire d’amour.

Valérie Tremblay

About Valérie Tremblay

Originaire d'Abitibi-Témiscamingue, Valérie Tremblay est enseignante de français et d'espagnol au secondaire depuis 6 ans. En plus de ses études en enseignement, elle a terminé un baccalauréat en études hispaniques à l'Université Laval à Québec. Elle a écrit des chroniques de livres jeunesses de tous genres de 2010 à 2014 pour le webzine culturel Info-Culture.biz en parallèle avec sa carrière.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :