LE VIDÉOPHAGE – Pandemic : infection et jeux vidéo

À l’instar de ma précédente critique, je vous parle encore une fois cette semaine d’un found footage horrifique récemment sorti en vidéo. Cette fois-ci, nous avons affaire à une invasion d’infectés – non, ce ne sont pas des zombis – filmée sur le mode d’un FPS (jeu de tir à la première personne), un peu à l’image de [REC] 2. Voici PANDEMIC de John Suits, un film au titre pas très original, mais plutôt révélateur de ce qu’il a à nous offrir.

pandemic2

pandemic1Ainsi, la majorité des images de Pandemic sont captées par des caméras portatives fixées à la tête des protagonistes, celles-ci alternant quelque fois avec le point de vue d’une caméra de surveillance ou encore d’un cellulaire. Il en ressort une étrange impression de regarder une partie de jeu vidéo sur laquelle le spectateur n’a aucun contrôle. Cette précision faite, résumons l’histoire.

L’héroïne du film – interprétée par Rachel Nichols – est un docteur faisant partie d’une équipe d’extraction de L.A. qui doit arpenter la ville californienne à la recherche de survivants non-contaminés. Évidemment, les choses ne se dérouleront pas comme prévues, l’héroïne étant surtout préoccupée par le projet de retrouver sa fille et son mari disparus.

Dès le départ, on s’interroge sur la fragilité émotionnelle de la jeune mère qui semble franchement manquer de professionnalisme, bien qu’elle ait survécu à l’épidémie de New York. On s’interroge également sur les moyens à la disposition de l’équipe. Seulement quatre personnes pour affronter des infectés enragés? Et pourquoi utiliser un autobus scolaire muni d’aucune protection, dans lequel les infectés peuvent entrer sans effort? Enfin, puisque la mission s’étend sur une longue période, on se demande comment les caméras peuvent stocker plusieurs heures d’images. Ce qui pourrait sembler être des détails pour certains risque d’être une source de distraction pour d’autres.

Heureusement, malgré quelques scènes mélodramatiques malhabiles et certains clichés dérangeants – le noir meurt le premier – Pandemic nous offre plusieurs scènes d’action franchement efficaces, dont l’une qui se déroule dans une école envahie par une cohorte de jeunes infectés. Soulignons également la fin qui, malgré le côté mélodramatique mentionné précédemment, fonctionne plutôt bien.

Bref, en résulte un film inégal, pas très original, mais qui parvient à nous garder éveillés. À vous de juger!

Disponible en vidéo depuis le 31 mai 2016

par Jason Paré

 

Jason Paré

About Jason Paré

Vidéaste-animateur-chroniqueur abitibien, montréalais d'adoption depuis 2004, Jason Paré réalise des courts métrages depuis une quinzaine d'années et a quelques publications à son actif (principalement des nouvelles d'horreur et de fantastique). Depuis 2014, il anime l'émission L'Étrange programme, un magazine culturel actuellement diffusé sur les ondes de TCF – La télévision communautaire de Montréal.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :