L’art surréaliste sanglant de Maria Rubinke

maria rubinke arrache yeux

maria rubinke artIl n’y a rien de pire que la violence faite aux enfants, on est bien d’accord. Bien que l’horreur soit un genre de transgression, il est plutôt rare de voir ou lire une scène détaillée où l’un  d’eux est explicitement torturé, mutilé ou charcuté. Très présents dans les films d’épouvantes, ils sont par contre rarement au cœur d’une image sanglante.

 L’artiste danoise Maria Rubinke utilise ce tabou pour créer des œuvres aussi belles que dérangeantes. Ces sentiments contradictoires proviennent du mélange contre nature du gore et de l’innocence, un fort contraste qui génère un malaise.

En effet, les sculptures de porcelaine de Rubinke représentent, sous forme des traditionnelles figurines blanches, d’adorables enfants en train de se couper les membres, de s’ouvrir le crâne en deux, de s’arracher les yeux, etc.

 L’artiste se rattache ainsi au mouvement surréaliste qui modifie, entre autres, la fonction première des objets. On repère également de nombreux symboles de l’enfance dans ces compositions, tels que des clowns, des cornets de crème glacée, des ballons et des jouets.

Quelques unes de ses œuvres qui ont voyagé dans plusieurs pays dont la France, la Russie, la Chine et l’Angleterre:

maria rubinke caroussel

maria rubinke fusil

maria rubinke mutilation

maria rubinke carrousel

Anne-Marie Bouthillier

About Anne-Marie Bouthillier

Lectrice insatiable passionnée par l’écriture, détentrice d'un baccalauréat par cumul (création littéraire, français écrit et rédaction) et a forgé ses premières armes de rédactrice chez le magazine Québec Érotique et le site Canoë. Fan d’horreur et nourrissant une forte curiosité pour tout ce qui est bizarre, Anne-Marie a publié des nouvelles dans Horrifique, Souffle d’Éden et Clair/Obscur.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :