La Guillotine, de Véronique Drouin: Attention, tranchant!

la-Guillotine-veronique-drouin

Récemment révélée comme l’auteur se cachant sous le pseudonyme M.V. Fontaine, Véronique Drouin a prouvé qu’elle manie le fantastique et la science-fiction d’une main de maître avec sa série Amblystome. Après avoir effleuré le genre de l’horreur avec le tome 2 de sa série pour les jeunes, Robin Sylvestre, la Petite serre des horreurs, l’auteur s’y plonge pour de bon avec La Guillotine, une histoire de maison damnée, cette fois-ci pour les 14 ans et plus.

la-Guillotine-veronique-drouinPour le prochain numéro de leur journal universitaire, qui sera disponible pour la période de l’Halloween, Will, Jonathan, Marilou et Lydia veulent frapper fort. C’est ainsi qu’ils se rendent à la Guillotine, une maison délabrée et abandonnée où ils squatteront quelques jours. Cette maison n’a pas volé son surnom, car tous les anciens propriétaires sont morts d’une atroce façon, et même carrément décapités, en ce qui concerne les derniers habitants. Bien sûr, le but des quatre étudiants est d’y vivre des phénomènes surnaturels afin d’en faire un reportage à sensation.

Les événements attendus ne tardent pas à se manifester et rapidement, le mystère entourant la maison s’épaissit. Entre autres éléments troublants, un voisin louche surveille les abords du terrain, un vieux journal intime se révèle très intrigant, un chien à moitié calciné rôde sur le terrain et une étrange poupée délaissée est retrouvée à la cave. Le sombre pouvoir de la Guillotine ne frappe par contre pas de la façon à laquelle on s’y attend, et c’est tant mieux!

Pour réussir à se plonger à fond dans une énigme et ressentir les émotions fortes que l’on recherche en tant que lecteur, l’auteur doit savoir créer des personnages plausibles et attachants. C’est tout à fait le cas de Véronique Drouin, qui a su donner trois dimensions à ces jeunes héros en les dotant d’une histoire, d’une personnalité propre et de certains démons intérieurs. Ainsi on rit avec Marilou et Lydia, qui partagent une amitié surprenante, amenant des dialogues drôles et savoureux, on sourit devant le côté bon vivant et exubérant de Jonathan et la sensibilité et le courage de Will nous touchent. C’est d’autant plus déstabilisant et poignant lorsqu’ils se mettent à avoir des ennuis…

Malgré le fait que Véronique Drouin ne réinvente rien dans le genre qu’elle a choisi pour ce nouveau roman, on sent bien qu’elle s’est amusée à utiliser les codes de l’horreur à sa façon. Ajoutons à cela un prologue troublant, une fin tragique haletante et une intrigue bien ficelée, menée par une plume agréable et sans prétention. Somme toute, sans être un futur monument de la littérature d’horreur au Québec, La Guillotine apporte son lot de frisson et saura certainement charmer les lecteurs adultes et adolescents, et peut-être même en convertir certains aux romans plus ténébreux!

Anne-Marie Bouthillier

About Anne-Marie Bouthillier

Lectrice insatiable passionnée par l’écriture, détentrice d'un baccalauréat par cumul (création littéraire, français écrit et rédaction) et a forgé ses premières armes de rédactrice chez le magazine Québec Érotique et le site Canoë. Fan d’horreur et nourrissant une forte curiosité pour tout ce qui est bizarre, Anne-Marie a publié des nouvelles dans Horrifique, Souffle d’Éden et Clair/Obscur.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :