Fury of Dracula VS Fury of Dracula

Année : 2005  – 2015

Nombre de joueurs : 2 à 5

Thématique : Dracula de Bram Stocker

Mécaniques : Tous contre un, Déplacements cachés

Bonne année à tous et bienvenu dans mon tout premier duel épique! Pour ce concept, je vais tenter de vous montrer les différences entre certains jeux similaires ou, comme dans ce cas, comparer deux éditions du même jeu et de vous donner mon avis sur ces derniers. Ainsi, vous aurez mon opinion si vous avez à faire le choix déchirant entre ces deux jeux.

Comme premier duel, j’ai choisi Fury of Dracula, car à la suite de l’annonce en septembre dernier de Fantasy Flight  et de la fin de relation d’affaires entre ces derniers et Games Workshop, le jeu Fury of Dracula a été discontinué et la course pour acheter frénétiquement la troisième édition s’est sans surprise produite. Parallèlement, sur le marché de l’usager, la seconde édition, qui se vendait jusqu’à 300$ sur les sites de revente avant la sortie de la troisième édition, a perdu toute sa valeur et aujourd’hui peut se retrouver à des prix aussi bas que 20$. Alors que la seconde édition est vendu à un prix plus qu’abordable et que la troisième va voir son prix monter en flèche d’ici quelques mois, qu’est-ce qui vaut le plus la peine, une ancienne édition usagée abordable, mais que nous devons trouver sur les kijiji de ce monde ou une troisième édition, pour le moment trouvable au prix régulier d’environ 80$ et qui risque de monter en prix très rapidement si vous prenez trop votre temps?

Point de vue esthétique

Thfury-of-dracula-boardématiquement, le jeu est identique alors je ne m’attarderai pas sur cet aspect, les changements sont principalement au niveau visuel, et dans certaines mécaniques du jeu qui ont été peaufinées.

Tout d’abord, d’un point de vue visuel, le jeu a beaucoup changé. Premièrement, son plateau s’est vu augmenter et a reçu un coup de pinceau. À ce niveau, je préfère grandement la troisième édition, car la dimension gigantesque du plateau donne un effet de distance parfois inatteignable aux chasseurs que je ressentais moins dans la seconde édition. Niveau couleur, je préfère de loin la troisième édition. Je sais que certains aiment mieux la seconde édition avec son aspect carte du monde antique, qui va chercher un look plus près du 18e siècle, mais personnellement, la troisième édition a un look que j’adore. Si nous regardons le côté de l’Europe de l’Ouest, c’est très lumineux, avec l’Océan Atlantique, Britania, Gallia et l’Iberia. Par contre, plus nous allons à l’Est, plus le plateau devient sombre et menaçant. Cela ajoute pour moi à la thématique.

fury-of-dracula-cartesParlant de menace, le second aspect qui est hautement amélioré dans la troisième édition est celui des rencontres que laisse Dracula sur sa piste de mouvement. Auparavant, cela constituait en des jetons laissés sur la carte et pour savoir ses effets, le joueur qui incarnait Dracula devait constamment se référer à une fiche. De plus, les jetons étaient trop petits pour y mettre des images de qualité ce qui donnait un effet visuel pratique pour les distinguer, mais qui ne créait pas de réelle atmosphère. La troisième édition a changé le tout pour des cartes de dimensions standards qui incluent ses effets, donc plus besoin de la fiche référence au dos du livret d’instruction qui a été remplacée par un résumé des règles pour consultation rapide, ce qui est un double win!

Dernier point esthétique, la fiche personnage que les joueurs ont a été améliorée. Premièrement, l’ancienne était très schématique avec ses encadrés et ses divisions très linéaires alors que la nouvelle est beaucoup plus organique. De plus, la nouvelle fiche vient avec les mots clés d’une séquence de jeu qui sert d’aide-mémoire aux joueurs.

Du côté des mécaniques

fury-of-dracula-personnagesJusqu’à présent, je n’ai d’autre choix que de donner l’avantage à la plus récente des éditions. Par contre, tout le monde devrait savoir que ce n’est pas le visuel qui fait qu’un jeu est bon. C’est souvent dans les mécaniques que nous allons distinguer les jeux ordinaires des jeux exceptionnels et depuis longtemps Fury of Dracula est considéré comme un des meilleurs jeux de son genre. Alors, est-ce que la troisième édition a réussi à rehausser la assez qualité pour mériter une nouvelle édition plutôt qu’une simple réimpression avec un coup de pinceau?

Récapitulatif des règlements

Tout d’abord, faisons un bref récapitulatif de comment Fury of Dracula se joue, ainsi, ceux qui y sont moins familiers vont, je l’espère, mieux saisir le comparatif.

Dans ce jeu, 4 chasseurs poursuivent Dracula. Les joueurs qui incarnent les chasseurs vont jouer à tour de rôle effectuer une action qui va principalement consister à se déplacer, acquérir de l’équipement ainsi que de l’information sur les allés et venu de Dracula. De son côté, Dracula se déplace de façon secrète pour y cacher des vampires à naître dans différentes villes d’Europe. Dracula gagne une fois qu’il atteint un certain score et les chasseurs gagnent une fois Dracula vaincu. Il y a plusieurs subtilités dans les choix des joueurs, autant du coté vampire que chasseurs bien sûr, mais je ne m’attarderai pas sur tous les détails.

Ce qui change dans ces mécaniques est en grande majorité mineur, ce qui fait que l’âme du jeu reste inchangée, mais voici les trois points d’intérêt entre les deux versions :

Le jour et la nuit

fury-of-dracula-comparatifTout d’abord, les tours de jeu ont été altérés. Avant, il y avait trois tours de jour suivi de trois tours de nuit. Maintenant,
les tours jour et nuit sont alternés. Cela peut paraître anodin, mais c’est le plus gros changement à mon avis. Cela a pour effet que maintenant, nous avons vraiment une impression de temps qui passe avec les jours de la semaine; une ville, un jour. Avant, avec ces 6 tours, nous avions l’impression qu’une seule journée s’était passée malgré le fait qu’on venait de traverser la moitié du continent en train. De plus, cet alternance entre le jour et la nuit crée une tension supplémentaire de part et d’autre, car niveau combat, trouver Dracula de jour est bien moins dangereux que de nuit. Ce qui créait un effet de chasse aux sorcières très agressive durant les 3 tours de jour, suivi de l’effet opposé la nuit où les chasseurs avaient soudainement tendance à se replier sur eux-mêmes pour attendre le jour suivant. Maintenant, il n’est plus possible de faire cela, car avec une réelle alternance, la tension est toujours là.

Système de combat

Ensuite, le système de combat a été considérablement simplifié. Avant, il y avait une série de cartes avec des symboliques avec des mots-clés qui donnaient des effets différents suivie d’un duel de lancer de dé à six faces et en cas d’égalité, chaque carte possédait un score d’initiative pour départager le vainqueur du round. Ensuite, d’un round à l’autre, nous ne pouvions pas jouer la même carte 2 fois de suite et parfois les cartes étaient détruites, parfois non… En gros, c’était le bordel. Surtout que les combats n’étaient pas très fréquents dans le jeu, ces règles over compliquées s’oubliaient facilement. Maintenant, ça se résume à un simple comparatif des cartes. Si ma carte est plus forte que la tienne, je gagne le round et j’applique les effets et je perds ma carte pour le reste du combat. Pour ce qui est de l’aspect chance, je trouve qu’il y en a un peu moins, mais pas autant que certains croient, car il y a la chance de Dracula dans sa main de combat, car celle-ci est déterminée au hasard au début de chaque combat, ce qui peut faire tourner le vent d’un côté ou de l’autre assez drastiquement selon les situations.

Prenons le train!

fury-of-dracula-de-trainLe dernier point est mineur, mais vaut la peine d’être mentionné. Les chasseurs ont un avantage sur le mouvement par rapport à Dracula : le train. Cet aspect est hyper important pour les chasseurs, car cela leur permet de se déplacer beaucoup plus rapidement que Dracula. En passant, Dracula refuse d’utiliser le train, car il répugne la technologie. Bref, avant les chasseurs voulant utiliser le train devaient simplement lancer un dé pour savoir de combien de cases le train se déplaçait. Malheureusement, ce dé avait une face avec un score de 0 expliquant qu’il y a un risque, lorsqu’on se déplace en train avec des instruments de chasseurs de vampire, de rester prit aux douanes par des sbires de Dracula (ou n’importe quel douanier sensé). Tout ça pour dire que cette face était très frustrante, car non seulement on ne se déplaçait pas, mais grosso modo, notre tour était perdu. Cela a été changé par l’achat de ticket de train qui nous permet de se déplacer de la distance inscrite sur le ticket, ce n’est pas beaucoup plus sensé thématiquement, mais au moins il n’y a pas de 0!

Le verdict

fury-of-dracula-3 Avec tout cela, où je me situe? Je crois que c’est assez clair dans mes explications, je penche du côté de la troisième édition de Fury of Dracula. Est-ce que la seconde édition est mauvaise pour autant? Pas du tout. Sincèrement, si vous possédez la seconde édition et que vous adorez ce jeu, allez-s ’y pour la troisième, vous allez en avoir pour votre argent. Par contre, si vous êtes comme moi et qu’une partie aux 6 mois vous suffit amplement, la mise à niveau ne vaut pas nécessairement la dépense. Dans le cas où vous ne possédez aucune copie, tant qu’elle est abordable, je vous conseille la troisième édition. Par contre, si vous lisez ceci en octobre 2018 et que la valeur est de 250$ sur les sites d’enchères, gardez un œil sur la seconde édition qui risque de se trouver dans les foires pour une bouchée de pain.

Thématiquement, c’est l’égalité, car il y a aucun réel changement.

Visuellement, c’est un avantage mineur à la troisième édition, pas assez pour justifier une réédition.

Mécaniquement, je donne une bonne longueur d’avance à la troisième édition qui simplifie le jeu et le rend plus fluide, ce qui va au final amener plus de facilité pour les joueurs moins familiers et raccourcir légèrement les parties.

Je terminerai en remerciant tout le monde qui me suit et me supporte, 2016 a été une année bien remplie et j’espère que 2017 sera encore mieux! Ma prochaine chronique touchera le phénomène mondial qui a explosé l’univers Kickstarter, le jeu Kingdom Death : Monster. Je vais tenter de voir comment et pourquoi un jeu aussi dispendieux a réussi à fracasser les 10 millions de dollars en socio financement. Pour vous mettre l’eau à la bouche pour mon prochain article, le mot de la fin : Pinup!

1 Comments

  1. Bonjour,

    J’avais réalisé un test complet du jeu (dans sa V2) il y a quelques années. Ca fait parti de mes jeux préférés sur la thématique. J’ai trouvé votre article très complet et détaillé, j’ai donc fait un lien vers celui-ci depuis la page http://www.vampirisme.com/jeu/hand-stephen-la-fureur-de-dracula/.

Répondre à Vladkergan Annuler la réponse.

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :