Destination: Salem et son art

salem art

Dans le cadre de ma visite récente à Salem, au Massachusetts, j’ai choisi de rédiger ma chronique mensuelle sur cet endroit unique en son genre. J’ai eu la chance d’y séjourner durant trois jours, ce qui me permit de bien m’imprégner de l’ambiance et de la magie qui y règnent en permanence. Ce qu’il y a de particulier, c’est que l’atmosphère qui y plane contribue véritablement à l’âme culturelle, mystique et artistique sombre de la ville. Portrait de la ville de Salem, de son histoire et de ses attraits, mais aussi de ses artisans, de ses artistes et de ses créateurs.

Les origines de Salem

La ville située à environ six heures de Montréal fut fondée en 1626 par des pêcheurs puritains qui voyaient tant de potentiel en l’emplacement de Salem qu’ils la baptisèrent ainsi en référence à Jérusalem, qui en hébreu signifie « paix » (shalom). On croyait en effet qu’elle était si prospère qu’elle aurait pu devenir la nouvelle capitale du pays. Les principaux récits de Salem tels qu’on les connaît se déroulent en 1692, où vingt-cinq personnes furent exécutées et bien d’autres furent emprisonnées à la suite d’accusations de sorcellerie. L’endroit où se situait la ville était si prisé que les habitants, par jalousie territoriale, s’incriminaient à tort. Le caractère mystérieux des événements justifie l’engouement culturel et touristique de la région.

Ses lieux

Salem witch museumLe Salem Witch Museum, situé sur la rue Washington Square North, est sans contredit le musée le plus reconnu de Salem. Situé dans une ancienne église, il expose les principaux événements de l’hystérie collective de la ville par une installation à 360 degrés de sculptures de cire représentant les personnages-clés de cette période. Afin de rejoindre le plus de gens possible, les récits peuvent être écoutés en plusieurs langusalem burial pointes.

Une autre attraction prisée est le Witch Dungeon Museum, situé rue Lynde, où l’on peut explorer au sous-sol les caveaux reconstitués des prisonniers de l’époque, toujours grâce aux sculptures de cire. Si vous préférez les promenades à l’extérieur, vous adorerez marcher à travers le plus vieux cimetière de Salem, appelé The Burying Point, ouvert en 1637.

House of the Seven Gables SalemEn s’éloignant un peu de l’esprit de la sorcellerie, si on se dirige vers l’est de la ville, on s’approche de l’océan atlantique où l’on peut voir des reconstitutions de bateaux tels le Friendship of Salem, réplique de l’East Indiaman. Ce navire de 1797 servit à effectuer quinze voyages marins d’importance autour du monde. On peut également visiter les somptueuses demeures sur le bord de l’eau de personnages importants ayant marqué la région comme Nathaniel Hawthorne, auteur romantique ayant entre autres écrit La Lettre écarlate, dont la résidence fut préservée et nommée House of the Seven Gables. Gageons que l’esprit et le charme unique de l’endroit furent une source d’inspiration notable!

Scam salemSes créateurs et leurs œuvres

Bien que Salem soit petite en superficie, son âme créative est grandement palpable. Peu surprenant, donc, que la ville ait son collectif de création, appelé le SCAM (Salem Collective of Arts and Musicians). Fondée en 2007, cette organisation à but non lucratif a permis la production de plus d’une quarantaine d’événements divers dont des expositions et des ateliers. Le SCAM, conjoint de la Salem Arts Association, a une magnifique galerie ouverte au public sur la rue Essex en plein centre-ville. Ses artistes de tous horizons y vendent et exposent leurs œuvres.

On peut aussi se procurer leurs œuvres et voir leurs créations dans les nombreuses boutiques et magasins spécialisés en arts occultes et en mysticisme de Salem.

nick demakes edgar allan crowParmi les artistes exposant dans la ville, l’un d’eux attira particulièrement mon attention : il s’agit de Nick Demakes, dark artist, aussi connu sous le nom de Hellequin. Ses œuvres originales sont conçues avec de la peinture acrylique et du café. Ses sujets, de doux personnages délicieusement sombres, sont de superbes représentations d’animaux aristocrates comme en témoignent ses séries « Gentlemen Frogs », « Gentlemen Bats » et même « Gentlemen Cats ». J’ai fait l’acquisition d’une copie en tirage limité de l’une de ses œuvres de la série « Gentlemen Birds », nommée « Edgar Allan Crow ».

 

À voir absolument!

Que ce soit pour y visiter ses attractions touristiques, pour y voir ses paysages bucoliques, pour y rencontrer ses artistes ou pour s’imprégner de son atmosphère magique, Salem est définitivement une destination de choix. Vous serez certainement conquis par son charme sans égal et par son ambiance poétiquement sombre!

par Émilie Léger

Émilie Leger

About Émilie Leger

Émilie Léger est une artiste diplômée de design graphique vivant près de Montréal. Même si l’art numérique et l’écriture sont ses principaux moyens d’expression, elle priorise l’effet, la texture et l’émotion plutôt que le médium lui-même.

1 Comments

  1. Si je pouvais voyager aussi loin, j’irais me plonger dans l’atmosphère de cette ville qui m’a toujours passionné!! Bonne journée, Jean-Pierre

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :