Critique roman: Fairuka l’adolescente vampire

Ça y est. C’est aujourd’hui que je me confesse, j’en ai assez de dire que j’ai lu la saga Twilight en deux semaines parce que je m’intéressais à ce que mes élèves lisaient. Mensonge! J’ai sauté sur l’occasion pour le lire (aussi l’acheter, c’est une maladie acheter des livres…). En plus, j’ai trouvé ça bon, je les ai dévorés en deux semaines, faut le faire. Encore un de mes grands comas de lecture. Un de mes derniers remonte à il y a deux ans, au début de mes vacances d’été, je me suis dit : tiens, je devrais relire tous les livres de Patrick Senécal. Je l’ai fait. Trois semaines assez intenses.

fairuka roman julie brassard mélissa malboeufMaintenant, vous vous demandez sûrement à quand remonte le dernier coma de lecture… Eh bien, c’était la fin de semaine dernière, un matin de camping, j’ai ouvert le livre Fairuka Le doute de Julie Brassard et Mélissa Malboeuf et quand je l’ai refermé, à 17h00, 286 pages et quelques pauses plus tard, j’avais terminé de le lire. Bref, j’ai bien impressionné notre petite campeuse en herbe de 10 ans, et j’ai aussi déjà été plus sociable en camping…

Il faut dire que tout était là pour me plaire : une jeune vampire de 17 ans en pleine quête identitaire, une histoire d’amour interdite avec un humain, des meurtres sanglants, et comme pour Twilight, toute une réécriture de la mythologie des vampires. Ils se seraient mélangés avec des magiciens. Surprenant, mais bien ficelé par les auteures.

Le bal des finissants de 1972 s’est mal terminé pour Fairuka, qui se fait mordre par un vampire dans une ruelle. Neuf ans plus tard, elle habite avec sa mère Elma (ancienne disciple de nulle autre que Erzébeth Bathory), son père Angus et son frère Sarkis. L’histoire est campée dans les années 80, bien qu’à part quelques caisses de O’Keefe et de Labatt 50, quelques looks et la fameuse chanson Venus  de Bananarama, on ne se sente pas en totale immersion. Un tantinet anorexique, Fairuka ne veut pas se nourrir comme les autres vampires, et finit par faire la connaissance de Lori, jeune humaine issue d’une famille dysfonctionnelle. Elle rencontrera ses amis et tombera amoureuse d’un certain Cédric, un jeune humain qui sera aussi attiré par elle. Suivront un paquet d’aventures lors desquelles Fairuka apprendra à vivre avec sa condition de vampire, mais aussi de magicienne, car Angus ne l’a pas transformée pour rien, elle a une destinée, et qu’elle le veuille ou non, elle devra s’y consacrer…

Une héroïne adolescente-vampire qui mène une quête surprenante dans un monde tout aussi étonnant, voici ce que présentent les deux auteures Julie Brassard et Mélissa Malboeuf comme premier roman aux Éditions La Roupille. Assez réussi comme première aventure,  quoique je me voie obligée de dire que j’ai trouvé la fin un peu décevante et convenue. (Je cherche l’équivalent de «straight»…) C’est un peu trop «drette» à mon goût, mettons… Un deuxième livre est annoncé à la fin, dans lequel entrera en scène un certain Elgide Bathory, ministre des Affaires étrangères, ça ressemble à un autre coma de lecture…

Valérie Tremblay

About Valérie Tremblay

Originaire d'Abitibi-Témiscamingue, Valérie Tremblay est enseignante de français et d'espagnol au secondaire depuis 6 ans. En plus de ses études en enseignement, elle a terminé un baccalauréat en études hispaniques à l'Université Laval à Québec. Elle a écrit des chroniques de livres jeunesses de tous genres de 2010 à 2014 pour le webzine culturel Info-Culture.biz en parallèle avec sa carrière.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :