Critique Contes interdits: Peter Pan

Quatre auteurs ont décidé de s’approprier un conte classique, de le remanier, de le moderniser, de le rendre plus terrifiant encore et, surtout, de terroriser leurs lecteurs et lectrices! Quatre immersions (dans des styles parfois très différents) dans l’univers horrifique des contes pour enfants, mais… pour adultes avertis! Fait intéressant : un personnage est récurrent dans les quatre œuvres… saurez-vous le découvrir?

Peter Pan, de Simon Rousseau, est le meilleur (selon moi) des Contes Interdits, et voici pourquoi…

Ce volet, écrit par l’instigateur du projet des Contes Interdits, est de loin le plus fidèle au conte choisi. Attention! Fidèle à l’histoire et aux personnages ne veut pas dire léger, joyeux et content de toujours rester jeune. Ni de beaux et sympathiques individus. Au contraire… Prenant la forme d’un roman policier, Peter Pan raconte l’histoire de Hook (nom anglais du célèbre capitaine Crochet), policier à la retraite, qui, pour aider une ancienne flamme, enquête sur la disparition de Wendy, Michel et Jean. Ça sonne une cloche (— tte? 😉). Oubliez les gentils et mignons petits enfants sages de l’histoire originale. Ici, ils sont un peu plus délinquants…

Bien entendu, un « crocodile » a volé la main de Hook. Mais c’est d’un crocodile humain, du moins physiquement, dont on parle. Un être abject, sournois, viscéralement mauvais. Un personnage digne de celui de célèbres romans signés par Thomas Harris…

Peter, lui, est troublé : son enfance l’a brisé (ça nous aurait tués aussi!), et son paradis, cette île où on ne vieillit pas, n’est pas aussi paradisiaque qu’on pourrait le croire… Les enfants qui s’y trouvent sont moins agréables et drôles qu’on le croirait et la poudre de fée, au lieu de conduire à l’innocence, la vole… L’envol se fait donc à vos risques!

Et que dire de la fée Clochette? De loin la version la plus troublante de ce personnage qu’il m’ait été donné de rencontrer! Ne serait-ce que pour elle, le roman en vaut la peine!

Toutefois, l’histoire se démarque aussi, en raison de la justesse de ses liens avec le conte original, de l’enquête (bien rendue, même si peu élaborée) et des personnages qui, repensés au goût du jour dans un angle morbide à souhait, demeurent vrais et poignants. L’écriture est extraordinairement bien maîtrisée, et on ne peut que souhaiter tout connaître de l’aventure, même si certains passages nous laissent un relent amer ou un vague dégoût. Une touche de gore, pas trop poussée mais efficace, maintient l’intérêt et imprègne d’horreur la lecture, pour le plus grand bonheur des adeptes du genre. On ne tombe jamais dans la caricature ou la parodie. La réalité est brutale, sombre, terrifiante.

L’ensemble est percutant, horriblement bien réussi, et ça se lit tout seul.

Mon préféré des quatre contes, assurément!

Malgré tout, n’hésitez pas à découvrir les autres contes de la série, puisque chaque auteur a su trouver une approche particulière, qui plaira à un lectorat différent, et a su créer une œuvre marquante, qu’on appréciera et qui touchera, chacun à sa façon. Une belle série à lire, surtout en cette période d’Halloween!

Marie Laporte

About Marie Laporte

Infirmière et réviseure le jour, Marie Laporte devient, la nuit, une exploratrice de l’imaginaire. Elle a longtemps été l’éditrice de Nocturne, le fanzine culte (qui a cédé la place à Nocturne, les charmes de l’effroi) avant de se joindre à l’équipe de Clair/Obscur.
close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :