Critique les Contes interdits: les 3 p’tits cochons

Contes interdits 3 p'tits cochons

C’est sans savoir à quoi m’attendre que j’ai tourné la première page de Les 3 p’tits cochons de Christian Boivin, un des quatre Contes interdits publiés tout récemment chez Ada. N’ayant jamais lu ses précédents romans, je ne connaissais pas son style fluide et son talent de romancier. Je m’y suis jetée comme on se jette dans la gueule du loup et n’en suis pas ressortie indemne.

les 3 p'tits cochons christian boivin contes interditsLes 3 p’tits cochons raconte l’histoire de Peter, un tueur à gages à la recherche de sa sœur, Alicia, soudainement décédée dans des circonstances nébuleuses. N’ayant pas vu Alicia depuis plusieurs années, mais convaincu que quelqu’un est responsable de sa mort, Peter est résolu à retrouver le ou les coupables et à leur faire ce qu’il fait de mieux ; les torturer et les tuer. Les chapitres suivent en alternance la recherche de Peter et les événements qui ont précédé la mort d’Alicia, permettant ainsi au lecteur de découvrir ce qui s’est réellement passé au fur et à mesure que Peter trouve des indices. Il croise des personnages colorés qui peignent le tableau d’une société underground bien particulière…

Ce livre m’a agréablement surprise. C’est une fraîcheur dans le monde de la littérature d’horreur québécois aujourd’hui. Alors qu’on pourrait plutôt le qualifier de roman policier, il culmine vers une fin sanglante et sans pitié. Christian Boivin a su réinventer le conte à sa façon, sans tomber ni dans les clichés ni dans les comparaisons boiteuses et grossières. Le lecteur part à la recherche du loup tandis que celui-ci souffle une à une les maisons des p’tits cochons… L’intrigue est réussie, le rythme est rapide et une fois qu’on y est entré, on ne peut en ressortir qu’à la dernière page. Le seul petit hic (il faut bien qu’il y en ait un) est que le narrateur semble parfois omniscient, bien que l’histoire se prête plutôt à un point de vue subjectif du personnage. Ce n’est cependant qu’un détail qui ne nuit pas à la lecture.

Je conseille à tous de lire Les 3 p’tits cochons de Christian Boivin. Le mélange des genres en fait un roman unique que vous dévorerez en trois bouchées.

Chloé Leclerc-Gareau

About Chloé Leclerc-Gareau

Initiée à l’écriture par sa grand-mère au plus jeune âge, elle découvre la littérature d’horreur à travers Edgar Poe et Stephen King. Titulaire d’un diplôme d’études collégiales en création littéraire, traductrice de profession, écrivaine de salon et maniaque de cinéma, elle participe activement au festival Requiem, une convention dédiée au cinéma d’horreur underground qui rassemble des artistes en tout genre.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :