Critique BD: La Petite suceuse de D. Mathieu Cassendo

Avant de lire La Petite Suceuse, de D.Mathieu Cassendo, tout ce que je savais de cette bande dessinée c’était qu’il s’agit d’un truc de vampire futuriste. Si je n’avais pas vu des images, j’aurais pensé à Requiem de Pat Mills et Olivier Ledroit,  mais les aperçus que j’avais pu voir donnaient plutôt une impression d’une histoire plus terre à terre, mettant en vedette une jeune femme en apparence plutôt normale.

En vérité, malgré l’histoire se situant dans un Québec futuriste, les éléments de science-fiction sont plutôt subtils. Les vêtements, les décors, et même les voitures ne font pas sentir ce monde différent de notre époque actuelle. J’ai vite compris que le focus n’était pas là, malgré que j’aurais aimé qu’on le sente un peu plus.

petite-suceuse bd d. mathieu cassendo

On découvre ce monde différent à travers les dialogues et les enjeux politiques qui nous sont détaillés tout au long de ce premier tome. Au centre de tout ceci se trouve la SDSC (Source de sang canadienne) et le registre public des Hemagis canadiens. L’accent n’est pas mis sur l’action ou l’horreur. La Petite suceuse est plutôt une histoire qui nous fait découvrir les interactions entre les humains et les Hemagis, nom donné aux vampires, qui souligne leur nature biologique plutôt que surnaturelle.

la Petite suceuse d. mathieu cassendo

Crédit photo: Caroline Dawson

Par ces relations difficiles entre humains et vampires, l’auteur exploite les thèmes du racisme, du sexisme et de la violence. J’ai d’ailleurs senti un parallèle avec les enjeux sur le multiculturalisme au Québec et la méfiance envers les étrangers. Le registre m’a tout de suite fait penser au registre de musulmans de Trump. C’est un classique avec les histoires de vampires, une espèce puissante mais en minorité qui fait peur au reste du peuple qui en connait peu sur eux.

la Petite suceuse D. Mathieu Cassendo personnages

Les illustrations, dont le style me rappellent un peu Jim Mahfood, sont axées sur les personnages et leurs expressions dans des décors plus minimaliste. Le ton est sombre et lourd, comme si une tempête se préparait.

Et maintenant que le premier tome1 de La Petite suceuse est lancé, on veut en savoir plus. Il s’agit clairement d’une introduction au personnage principal Aya, une jeune femme têtue et explosive, et de l’univers tourmenté dans lequel elle évolue.

petite-suceuse bd vampire québecÉditions BerBer 13-13

Paru le 16 novembre 2016

67 pages, 23.00$

Steph Dumais

About Steph Dumais

Bédéiste, auteur de la série Zombie Commando from Hell Créateur et éditeur de la maison d'édition Bloody Gore Comix

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :