Ce que disent les morts

La lune est haute : profitons de sa lumière blafarde pour explorer le cimetière par cette nuit fraîche. Passés le portail de fer forgé, il n’y a plus que nos souffles pour se joindre à celui de la brise glaciale. Ces pas dans vos dos, ces cris étouffés qui semblent sortir de terre? Le produit de votre imagination, je vous assure. Prenez ma main et promenons-nous dans les allées décorées de bouquets fanés. Attardons-nous devant chaque tombe, les vieilles comme les neuves, pour nous concentrer sur les symboles qui les ornementent. Quand on comprend leur langage, les morts nous parlent vraiment.

Cimetière du monastère de Glendalough en Irlande. Crédit photo : Kevin Murphy.

Cimetière du monastère de Glendalough en Irlande. Crédit photo : Kevin Murphy.

Les amoureux

Il est normal de souhaiter être enterré auprès de son âme soeur. Aux symboles évidents comme le coeur ou les alliances, on retrouve de nombreuses fleurs, y compris l’iris et le volubilis (ipomoea tricolor) : la tulipe prend une signification particulièrement évocative, puisque c’est une plante qui continue de pousser même lorsqu’elle est coupée. Une chaîne, deux mains serrées ensemble ou un noeud font allusion au lien puissant unissant deux individus, tandis que la truelle représente l’affection qui cimente la relation. Il est à noter que la plupart de ces symboles s’appliquent aussi à l’amitié.

Les métiers

Si vous n’aimez pas votre emploi, prévenez donc vos proches, puisqu’il pourrait devenir le thème de votre pierre tombale. Les masques de la tragédie et la comédie, un instrument de musique ou une palette de peinture illustrent la discipline dans laquelle excellait un artiste. La balance fait référence au milieu légal, tandis que le tandem mortier et pilon est associé aux médecins et pharmaciens. Une carrière navale sera bien sûr évoquée par une ancre ou une roue de navigation, tandis que le service militaire sera honoré par un canon, une arme à feu ou un clairon. Une enclume ou un marteau représentent une carrière en construction ou autre domaine connexe et un livre, une position en enseignement ou dans le milieu clérical.

Cimetière du Père-Lachaise à Paris. Crédit photo : folp.free.fr

Cimetière du Père-Lachaise à Paris. Source : folp.free.fr

La foi chrétienne

Nul besoin d’avoir été un fervent pratiquant pour reposer sous une sépulture ornée d’un symbole chrétien. Bien sûr, la croix en est l’expression ultime. Sa version la plus courante, une ligne droite croisée par une barre horizontale, se décline en d’autres versions qui nous informent sur la foi ou l’héritage d’un individu. Une croix barrée trois fois peut identifier le lieu de repos d’un orthodoxe, et une croix celte pourrait être érigée sur la tombe d’une personne d’origine irlandaise. Le poisson, le calice, les mains jointes en prière et le triangle (pour la sainte trinité) sont aussi représentatifs de la foi chrétienne. Des attributs de saints font également leur apparition, comme l’aigle de Saint-Jean ou les clés de Saint-Pierre.

Les enfants

Il existe peu de choses plus tristes qu’une vie éteinte trop tôt. Les agneaux qui décorent souvent pareilles tombes symbolisent l’innocence, en plus de faire référence à l’agnus dei ou agneau de Dieu, un terme définissant le rôle tenu par Jésus lors de son sacrifice. Un livre ouvert sur l’une des premières pages, un tronc d’arbre ou une fleur arrachée symbolisent une mort brusque survenue à un jeune âge. Par sa légèreté, beauté et fragilité, un colibri peut être gravé sur la pierre. Parfois, un ange en plein envol tient un enfant endormi dans ses bras, présumément pour le rendre à Dieu. La chaise vacante rappelle le vide laissé par un enfant arraché à sa famille. Des symboles plus évidents sont bien entendu les jouets, du nounours au cheval à bascule, qui faisaient si plaisir à l’enfant de son vivant : on retrouve d’ailleurs de plus en plus de sépultures joyeuses et colorées, à l’effigie des personnages préférés d’un film ou d’une émission.

La femme

Les poètes aiment comparer les femmes aux fleurs : on ne s’étonnera donc pas de retrouver des bouquets gravés sur leurs pierres tombales. Le lys, la fleur de lys et la mousse sont des symboles récurrents, mais la plante la plus populaire est sans conteste la rose. Une rose éclose accompagnée d’un bourgeon fait tristement référence à une mère morte en même temps que son enfant. Et puisque les oiseaux fréquentent les jardins, les colombes et hirondelles sont bienvenues sur les tombes des dames.

Cimetière de La recoleta à Buenos Aires en Argentine. Crédit photo : Andrew Currie

Cimetière de La Recoleta à Buenos Aires en Argentine. Crédit photo : Andrew Currie

Le passage au paradis

Aux funérailles, il n’est pas rare d’entendre dire du défunt qu’« il nous a quittés pour un monde meilleur ». C’est sans doute pour se rassurer que tant de gens ornent les tombes de leurs proches de gravures qui symbolisent le passage au paradis. Un portail majestueux s’ouvre sur les jardins d’Éden; le bateau mène son passager vers la terre promise. Trop subtil à votre goût? Certaines pierres affichent carrément un index pointé vers le ciel.

La résurrection

Le cercle et le serpent qui se mord la queue (orobos) évoquent un cycle qui se renouvelle à l’infini. On ne s’étonne  pas de retrouver aussi le phénix qui renait de ses cendres. La faune comprend le papillon, le coq, le papillon, le dauphin, les oiseaux et, curieusement, la grenouille, pour ne nommer que ceux-là. Le soleil qui se lève sur un nouveau jour est également populaire. À vrai dire, pour faire allusion à la résurrection, les symboles sont innombrables.

Memento mori

« Souviens-toi que tu vas mourir. » On dit de cette phrase que, lors du Triomphe de l’empereur de Rome, un esclave avait pour responsabilité de la lui répéter à l’oreille, histoire de lui rappeler que son succès ne serait pas éternel. Aussi riche et puissant soit-il, un homme ne peut rien face à sa propre mort. Cette triste réalité trouve son écho dans les symboles du temps, comme le sablier ou l’horloge. La mort étant une destination inévitable, le compas la représente aussi. Jugé trop morbide, le crâne n’est plus très populaire de nos jours : on lui préfère un arbre tombé ou une bougie éteinte. Enfin, comme la religion prête à chaque homme un destin connu de Dieu seul, dont l’heure et les circonstances du décès sont déterminées dès la naissance, on retrouve le symbole du livre, un objet qui précède son lecteur, qui n’en connait la fin que lorsqu’il y est arrivé.

Cimetière de La Noria au Chili. Source : theghostdiaries.com

Cimetière de La Noria au Chili. Source : theghostdiaries.com

Une longue vie remplie

Les plantes ornent souvent les tombes de personnes âgées. Récoltés vers la fin de l’été, le blé et le maïs représentent la maturité; de la même manière, la couronne de laurier est un symbole d’autorité et de réussite. Pour sa part, la corne d’abondance rappelle bien sûr une récolte généreuse, l’aboutissement d’une vie comblée. Un chêne met de nombreuses années à atteindre sa maturité : associé à la sagesse, la longévité et l’endurance, cet arbre majestueux et son fruit, le gland, embellissent souvent les tombes de ceux décédés à un âge avancé. Enfin, on retrouve parfois des colonnes pour souligner la noblesse et le rôle essentiel d’un pilier important de la structure familiale, et le tournesol qui fleurit à la fin de l’été.

Le courage et la protection

Si vous êtes supersititeux, vous aurez peut-être envie de protéger les sépulture de vos proches des mauvaises esprits; vous pourriez aussi vouloir souligner le courage d’une personne auprès de qui vous vous êtes toujours senti en sécurité. Le sphinx, le coq, le lion et le dragon font de redoutables gardiens. Bien que moins impressionnants, une branche de houx ou un coquillage peuvent aussi faire l’affaire. Le pentagramme protège les chrétiens et ceux adhérant à une foi dite païenne, comme la wicca, tandis que l’étoile de David protège les Juifs.

Pierre avec swastika dans un cimetière du Kentucky, E-U. Source : mallstuffs.com

Pierre avec swastika dans un cimetière du Kentucky, E-U. Source : mallstuffs.com

Et la croix gammée?

Vous pourriez être surpris, lors d’une promenade au cimetière, de trouver une pierre tombale ornée d’une swastika.  Pervertie par les nazis qui se l’ont appropriée, la croix gammée est pourtant présente sur des milliers de reliques ancestrales retrouvées partout à travers le monde, de l’Amérique du Nord à l’Afrique : c’est aussi un symbole sacré pour les boudhistes, les hindous et les jaïns depuis plus deux milles ans. Le terme swastika dérive d’ailleurs du sanskrit svastika, qu’on pourrait traduire par « bonne chance». Depuis la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de croyants ont cessé d’utiliser ce symbole pour éviter toute association au nazisme, surtout dans les pays occidentaux. Certains refusent toutefois de renoncer à cet idéogramme  qui fut si longtemps de bon augure.

par ELISE LUCIE HENRIPIN

Old Burial Ground à Salem. Crédit photo : Doug Peabody sur Flickr.

Old Burial Ground à Salem. Crédit photo : Doug Peabody sur Flickr.

Évidemment, la signification des symboles n’est pas coulée dans le bloc. On choisit généralement la pierre tombale qui nous semble la plus belle ou la plus représentative du mort, et ce en fonction de son budget. Des papillons ornent la tombe de votre tante Raymonde? C’est peut-être simplement parce qu’elle les collectionnait. Et le lion sur celle de votre grand-père? Son signe astrologique, rien de plus. Veuillez noter aussi que le même symbole peut avoir plus d’une signification, et que celles présentées ici sont pour la plupart occidentales et chrétiennes. Afin d’éviter les répétitions, les termes tombe, pierre tombale et sépulture ont été utilisés alternativement.

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

About Elise Henripin

Boulimique de littérature et de cinéma d’horreur, Élise a collaboré à plusieurs blogues et projets consacrés à cet univers, dont Sinistre Magazine et Strange-Movies. Depuis 2014, elle est également chroniqueuse littéraire à l'émission L'étrange programme, un magazine culturel diffusé sur les ondes de TCF - La télévision communautaire de Montréal. Auteure d’un roman intitulé Soif publié en 2011, elle espère renouveler l’expérience de publication d’ici quelques années. Suivez-la sur Twitter et Instagram @ehenripin.

1 Comments

  1. Excellent article sur les cimetières et la mort, en général….J’ai toujours été « attiré » par les cimetières!!! A bientôt, Jean-Pierre

Répondre à Laret Annuler la réponse.

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :