Cave Evil: un jeu noir comme le fond d’une cave

cave evil critique jeu horreur

Année : 2011

Nombre de joueurs : 2-4

Thématique : Nécromancie

Mécaniques : Combat, contrôle d’objectif, lancé de dé

Les vivants ont enterré leurs morts dans des cité-labyrinthes profondément sous terre, bloquant les entrées et les laissant se décomposer pour l’éternité. Cependant, les flammes ténébreuses brulent profondément dans l’abysse et le mal ne dort jamais. Les morts vivants et les démons festoient dans cette vie infernale, dans ce monde noir et ont créé un domaine pour eux, présidé par l’Empereur du Mal Éternel, maître des ténèbres infinies et de ses millions de laquais.

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours été un grand amateur de jeu militaire. Ayant commencé à jouer aux échecs alors que j’étais encore aux couches, j’ai rapidement développé une logique implacable quand est venu le temps de tuer un adversaire. Lorsque j’ai vu Cave Evil pour la première fois, il ne m’en fallait pas plus, j’étais vendu avant même de savoir comment jouer. Incarnant un Nécromancien dans un univers ténébreux, invoquant morts vivants et démons, je savais que ce jeu avait tout pour me plaire. De plus, son système de combat semblait unique avec tellement de matériel que la rejouabilité de ce jeu me semblait quasiment infini. Ceci dit, je me suis souvent emballé pour des jeux qui semblaient extraordinaires et qui ont fini par péter ma balloune. Est-ce le cas cette fois-ci? Mais tout d’abord, comment joue-on?

Ici, on tombe dans le côté lourd des jeux, alors si vous n’êtes pas un vétéran de jeux de société, cela n’est peut-être pas pour vous, mais si vous adorez les jeux de guerre, c’est en plein dans vos cordes! De plus, il est difficile d’expliquer le jeu au complet sans se perdre dans des tonnes d’explications, car comme dans tous les jeux de guerre, les explications sont souvent remplies d’exceptions. Alors, ne prenez pas pour acquis ce bref survol, il y a beaucoup plus de profondeur dans les caves de ce jeu que la surface que nous allons effleurer.

cave evil jeux de société

Le jeu se divise en 4 phases 

 

Phase 1 : Si vous vous trouvez adjacent à un ennemi, un combat est immédiatement enclenché. Nous reviendrons sur le déroulement des combats à la fin des étapes.

 

Phase 2 : Vos pigez une carte et vous choisissez entre la conserver ou la défausser pour gagner les ressources indiquées au bas de la carte. Ceci vous permet de mettre des troupes en réserve ou de faire des ressources en cas de besoin

 

Phase 3 : Vos escouades agissent à tour de rôle et peuvent performer dans l’ordre qu’ils désirent : faire un mouvement, ramasser des objets, jeter des objets ou utiliser leur habileté spéciale sur leur carte. De plus, chaque escouade peut faire une action spéciale choisie parmi plusieurs choix :

A-Invoquer une créature, s’équiper d’un item ou d’un sort. Cette action est réservée au nécromancien de votre armée. Cette phase permet à votre nécromancien d’avoir plus de troupes à sa disposition et de les équiper pour les rendre plus fort.

B-Méditer : cela permet de piger une carte supplémentaire, cela est également réservé au nécromancien. Ici, on utilise cette action quand vous manquez de monstres à jouer.

C-Lancer un sort.

D-Creuser ou provoquer l’effondrement d’un tunnel, action que seuls les mineurs peuvent accomplir. Lorsque vous vous trouvez dans des souterrains, vous pouvez invoquer des travailleurs qui vont creuser pour vous pour découvrir de nouvelles sections de terrain, et avec un peu de chance, des monstres et des ressources précieuses.

E-Engager un combat, ce sur quoi nous reviendrons un peu plus tard.

F-Subjuguer un ennemi. Au terme d’un combat, il est possible de prendre possession du monstre battu plutôt que de le tuer.

Tout ceci peut vous sembler complexe, mais ne vous en faites pas, c’est vraiment complexe!

Pour ce qui est des combats dans Cave Evil, le système est assez simple et très intéressant. Chaque unité a des statistiques de combats divisées en 6 catégories : armes, armures, force, spécial, esquive et soif de sang. Les combats se divisent en 3 rounds. L’attaquant choisit dans une des 6 statistiques du combattant qui devront être utilisées dans les rounds suivants. Le premier joueur qui en gagne deux vainc son adversaire.

Voici un exemple de combat :

cave evil jeu horreur exemple combat

 

L’ogre attaque le mammouth, en tant qu’attaquant il choisit avec quel attribut il veut se battre. Il choisit BT (soif de sang). Une fois le choix fait, les deux joueurs lancent un dé à 12 faces. L’ogre obtient 6 qu’il ajoute à son 11, il a donc 17. De son côté le mammouth obtient également 6, ce qui lui donne 13, mais l’ogre donne un malus de 3 via sa capacité spéciale au bas de sa carte, ce qui résulte en un score de 10 pour le mammouth. L’ogre remporte le round 1. Le mammouth doit maintenant répliquer, mais dois obligatoirement choisir une statistique adjacente à BT, il choisit donc AR (armure). L’ogre lance un misérable 2, ce qui lui donne 4 et le mammouth obtient 9, ce qui lui donne 21. C’est 1 à 1, un round ultime est nécessaire. L’Ogre doit obligatoirement prendre l’attribut DD (esquive), car c’est la dernière statistique adjacente à BT choisis lors du premier round. L’ogre lance un 4 lui donnant un score de 7 et le mammouth un 7 lui donnant 12, le mammouth est victorieux et empale l’ogre sur ses défenses.

Donc, c’est ce que vous allez retrouver dans ce jeu, du combat, de l’exploration et des monstres bien gras.

Critique 

cave evil jeu horreur

Ce jeu, c’est soit vous adorer soit vous détester, il n’y a pas de demi-mesure. Premièrement, sur l’aspect visuel, le jeu est très beau, avec son caractère très sombre mettant l’emphase sur le jeu du noir et blanc sur absolument tout, nous avons vraiment l’impression d’être dans le fond d’une cave avec très peu d’éclairage. Par contre cela amène un désavantage principalement dû aux petits caractères dans le jeu et sur les tuiles qui ont des couleurs. Ces couleurs sont importantes dans le jeu, car elle distingue les tuiles des joueurs, mais ne sont pas très apparente, car elles ont été choisies pour se fondre dans le jeu du noir et blanc, nous nous retrouvons donc avec un sérieux problème pour distinguer certains détails relativement importants dans le déroulement du jeu. Surtout si vous jouez avec un éclairage déficient ou avec des gens avec des problèmes de vision. Cependant, tout le reste est absolument splendide! Toutes les cartes monstres sont uniques, ce qui donne énormément de variété et même un monstre portant le même nom n’aura jamais les mêmes statistiques. Le plateau de jeu est modulable et peux s’étendre de la distance que nous le désirons ce qui ajoute une autre couche de personnalisation au jeu.

Mécaniquement parlant, ce jeu n’est pas très révolutionnaire, nous sommes dans les grands classiques du type 4X (Exploration, Expansion, Exploitation, Extermination). Le jeu veut se rendre unique avec son plateau qui se découvre au fur et à mesure que la partie avance, mais il donne seulement l’illusion du choix, car la majorité du temps, vous allez tenter d’explorer, mais sans jamais aller trop loin de l’objectif principal du jeu qui se trouve au centre du plateau (seul élément fixe au jeu). Alors, oui vous pouvez aller où vous voulez, mais tout en gardant une cohésion qui est quasiment obligatoire d’une partie à l’autre. Par exemple, votre équipe de travailleurs ne devrait jamais se retrouver isolée, car les membres sont facilement tuables ou vous ne devez jamais laisser votre base à découvert et sans défense, ce qui fait que 60% de votre armée va toujours rester dans les mêmes secteurs, et que seulement 40% de votre armée aura la latitude de faire ce qu’elle veut, et bien souvent ce 40% sera dédier à aller vers l’objectif de la partie. La grande réussite du jeu est son intensité et son côté immersif comme les grands 4X de ce monde, mais dans un temps de jeu plus que raisonnable. Une partie se joue en 2 heures et la mise en place est simple et rapide.

cave evil jeu horreur arme

De son côté, le système de combat est vraiment bien fait et profère son côté unique au jeu. Le fait que chaque monstre ait 6 statistiques et que seules 3 seront utilisées par combat peut faire toute la différence dans un combat. Un monstre très puissant va toujours avoir un point faible exploitable, ce qui fait qu’aucun monstre n’est surpuissant. Il y a également beaucoup de restrictions dans les escouades que vous formez justement pour empêcher certaines unités de devenir trop fortes. Certes, il y a le facteur chance du dé à 12 faces dans les combats, mais c’est relativement rare que le dé aille une grande influence dans un combat autre que dans les combats extrêmement serrés au niveau des statistiques. De plus, pour éliminer une partie du facteur chance, ces combats se déroulent en 2 de 3 donc un mauvais round avec mon monstre très fort ne résultera pas nécessairement en défaite aux mains d’un monstre de moindre envergure.

Le seul réel bémol du jeu se trouve dans son matériel. Les tuiles et les cartes que vous manipulez durant la partie sont bien faites et fonctionnelles, mais sans plus. Par contre ça se gâte avec les cartes d’escouade, d’aide et le plateau de jeu. On tombe vraiment dans la catégorie médiocre des jeux. Les cartes escouades et d’aide semble avoir été fait dans du carton bristol qui a mal absorber l’encre ce qui fait que certaines lignes et symboles sont carrément invisibles sans un éclairage du jour ou avec un néon a 10 centimètres de la carte. Du côté du plateau, si nous pouvons l’appeler ainsi, est carrément une feuille de papier plié en 4. Un beau papier vélin de 32 livres, mais une feuille de papier tout de même.

En gros, si vous aimez les jeux de guerre et que l’aspect sombre (littéralement!) du jeu ne vous dérange pas, c’est un jeu qu’il faut absolument que vous essayiez. Il est unique dans son genre et contrairement à ses confrères 4X, il ne prend pas 6 heures pour faire une partie, ce qui est un énorme plus pour moi!

cave evil jeu société image

 

Critique en tableau

Thématique :
+ Thématique unique.
+ Un humour noir entoure le jeu.
+ L’aspect visuel respecte énormément le thème.
– L’aspect visuel est trop sombre pour bien distinguer les choses d’un simple coup d’œil.

Mécaniques :
+ Système de combat très bien fait.
+ Chaque carte dans le jeu est unique.
+ L’atténuation de la chance est bien contrôlée
– Fausse impression de liberté dans le jeu qui s’estompe après quelques parties.

Matériel :
+ Aspect unique de la majorité des éléments du jeu.
+ Livre de règlement bien fait et complet avec aide-mémoire au verso.
– Certaines cartes confectionnées avec un matériel bas de gamme.
– Plateau de jeu vraiment cheap.
– Prix ne concorde vraiment pas avec la qualité matérielle du jeu.

Prix de détail : 90$ US + expédition
Temps de préparation : 20 minutes
Temps de jeu d’une partie : 2 heures
Gab-o-score : 83%
Une fois de plus, le Gamma Trade Show est derrière nous et laisse dans son sillage une panoplie de nouveauté à venir. Bientôt, je vais vous faire l’édition 2017 des jeux qui vont voir le jour cette année et qui ont attiré mon attention! D’ici-là, amusez-vous bien et le mot de la fin : Parapluie.

Gabriel «Gab le felon» Valiquette

About Gabriel «Gab le felon» Valiquette

Gabriel ‘’le félon’’ Valiquette, né en 1983, a été initié aux jeux de société à son plus jeune âge. Avec le temps, il est devenu un expert autodidacte en jeux de société, il en possède d’ailleurs une impressionnante collection qu'il agrandit régulièrement.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :