Bizarro: la nouvelle anthologie de la Maison des viscères

bizarro maison des viscères

bizarro maison des viscèresLe bizarro peut être décrit comme une sorte de terrain de jeu expérimental de la littérature, où l’excès et l’étrange prédominent. Les possibilités y sont multiples, la liberté sans faille et l’hybridation chose commune. Une incroyable chance pour des auteurs aguerris des genres de l’imaginaire que la Maison des viscères a offert à Éric Gauthier, Dave Côté et Guillaume Voisine.

Conteur de métier, Éric Gauthier est un habitué des hôtels. C’est d’ailleurs dans une chaîne d’hôtels tout ce qu’il y a de plus banal que se déroule l’histoire  de cette anthologie qui colle le plus au genre bizarro. L’idée de base, plusieurs établissements de la compagnie Fine Stay Inn interreliés par une sorte de portail, est poussée  jusque dans ses plus extrêmes limites.  Le récit aussi terrible que saugrenu qui en résulte cause une véritable jubilation pour qui réussit à laisser de côté la logique. De façon très habile, Gauthier sort le lecteur de sa zone de confort en le catapultant dans une aventure imprévisible, car absolument tout y est permis. Une opportunité admirablement bien exploitée.

Auteur à l’originalité manifeste, Dave Côté était un prétendant évident au style bizarro. Dès la première ligne de ce conte existentialiste, nous plongeons dans l’inconnu et la singularité. Le maître mot de cette nouvelle est «contraste»! En effet, quoi de plus opposé que la beauté et la délicatesse d’un jardin et les démons, à qui sont toujours rattaché la mort, la peur et la laideur? Dave Côté retire donc le rôle de jardinier si souvent prêté à Dieu pour l’offrir à des monstres aux formes loufoques qui cultivent de bien étranges plantes. L’auteur à cette belle particularité qu’il sait dépeindre un univers unique, duquel il exploite à fond toutes les ficelles. Seule ombre au tableau, Côté  explique un peu trop les mécanismes cachés sous le récit, plutôt que de laisser la chance au lecteur de découvrir par lui-même le message philosophique de cette ingénieuse histoire.  

Quant à Guillaume voisine, il déploie, dans cette novella de science-fiction d’horreur sans reproches, un talent de conteur indéniable. Il fait partie de cette classe d’écrivain capable de faire naître des images mentales si nettes qu’aucune zone floue ne vient perturber la lecture. Les visions choquantes en deviennent plus percutantes, l’ambiance plus écrasante et les scènes d’action plus palpitantes. L’écriture de Voisine, d’une grande précision, permet de se retrouver sur le vaisseau, aux côtés des éveillés et des automates, aux prises avec un éventail d’émotions variées, allant de la haine au désir et de l’angoisse à la surprise. Le choix judicieux de la narration déconstruite nous confie le soin de reconstituer un casse-tête tout aussi affreux que passionnant, dont les pièces semblent encore mouvantes une fois la lecture terminée.

Bizarro n’est peut-être pas l’anthologie de la Maison des viscères où l’horreur est la plus flagrante, mais on ne serait assez applaudir les éditeurs pour nous faire découvrir ce style si peu connu dans la francophonie. Ces trois novellas déjantées, dignes de figurer dans le cabinet des curiosités de la littérature québécoise, seront capable de faire lever un sourcil aux plus fervents amateurs de bizarreries.

nametag-AM

Anne-Marie Bouthillier

About Anne-Marie Bouthillier

Lectrice insatiable passionnée par l’écriture, détentrice d'un baccalauréat par cumul (création littéraire, français écrit et rédaction) et a forgé ses premières armes de rédactrice chez le magazine Québec Érotique et le site Canoë. Fan d’horreur et nourrissant une forte curiosité pour tout ce qui est bizarre, Anne-Marie a publié des nouvelles dans Horrifique, Souffle d’Éden et Clair/Obscur.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :