Baie-des-corbeaux: un été d’horreur

Les éditions de La courte échelle se sont lancées dans une série de livres d’horreur, de suspense et d’enquête pour enfants et ados; la courte échelle noire. Déjà quelques auteurs très talentueux y ont participé, tels François Gravel et Denis Côté. C’est Sonia Safarti, déjà une auteure bien établie au Québec puisqu’elle a écrit près de 30 ans dans La Presse et est aussi l’auteure de Comme une peau de chagrin, roman très populaire auprès des jeunes depuis 1995, qui signe le livre Baie-des-corbeaux.  Elle présente l’histoire de Théo et Nicolas, deux cousins se retrouvant dans une vieille maison à la campagne pour les vacances d’été.

Baie-des-corbeaux Sonia SarfatiLa quatrième de couverture et les premiers chapitres de Baie-des-corbeaux n’annoncent pas une histoire qui sort de l’ordinaire. Marie-Ève, auteure, a loué une vieille maison à la campagne pour y écrire son nouveau livre pendant l’été. Elle amène avec elle son fils Théo et son cousin Nicolas. La maison est vieille, et les garçons meurent d’envie d’aller explorer les mystères du grenier… Jusque là, rien d’intéressant, mais à partir du moment où les garçons trouvent cette étrange peinture et qu’elle se met à absorber quelques gouttes  du sang de Théo, l’histoire prend vraiment un tournant intéressant et original.

Les cousins apprennent alors l’histoire d’une longue lignée de sorciers vivant à Baie-des-corbeaux qui étaient à la recherche de la fameuse «vie éternelle». Selon la légende, un certain Elias aurait juré de trouver le secret de l’immortalité et serait disparu mystérieusement… sans laisser aucune trace. Et avec Théo, dont la blessure guérit aussi étrangement que son caractère change, qui s’enferme au grenier et sur lui-même, Nicolas ne peut que penser au retour d’Elias, et faire équipe avec Audrey-Anne, descendante de la sorcière rousse Alitia, pour retrouver son cousin.

Safarti présente avec Baie-des-corbeaux un délicieux mélange entre magie noire et sorcellerie, et le jeune lecteur friand d’histoires d’horreur ne peut que dévorer ce livre en quelques heures… seulement. Connaissant les enfants-adolescents qui aiment lire, je crois que le livre est un peu court. Un beau bravo à La courte échelle pour la présentation visuelle du livre: papier glacé, des bordures de pages différentes, des superbes illustrations de Jared Karnas (le fils de l’auteure) en plus d’une police et d’une mise en pages bien aérée. Plusieurs maisons d’éditions pourraient s’inspirer d’eux ou d’autres éditions jeunesse qui travaillent beaucoup sur l’esthétique des livres. Ce n’est pas parce que le public est adulte qu’il n’aime pas les beaux livres…

Valérie Tremblay

About Valérie Tremblay

Originaire d'Abitibi-Témiscamingue, Valérie Tremblay est enseignante de français et d'espagnol au secondaire depuis 6 ans. En plus de ses études en enseignement, elle a terminé un baccalauréat en études hispaniques à l'Université Laval à Québec. Elle a écrit des chroniques de livres jeunesses de tous genres de 2010 à 2014 pour le webzine culturel Info-Culture.biz en parallèle avec sa carrière.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :