47 Meters Down : Mandy Moore contre les requins

En vacances au Mexique, deux soeurs décident de faire de la plongée en cage pour observer les requins. Comble du malheur, la corde qui retient la cage se rompt, les précipitant 47 mètres sous la surface de l’eau. Entourées de requins féroces, elles doivent survivre en attendant l’équipe de secours, tandis que leurs réserves d’oxygène baissent dangereusement.

47 meters down

Vraisemblablement, 47 Meters Down (aussi intitulé In The Deep) espère surfer sur le succès critique et commercial de The Shallows, paru à peu près au même moment l’an dernier, et ce sans y parvenir.

Pourtant, le film arrive à créer quelques moments de tension palpable, en partie grace à sa trame sonore angoissante et l’utilisation de lanternes qui éclairent partiellement les profondeurs sous-marines, d’où les créatures ne manquent jamais d’émerger la gueule grande ouverte pour nous faire sursauter. Les jump scares sont nombreux et prévisibles, mais pas moins efficaces.

On ne va pas voir un film de requins en s’attendant à ce qu’il soit réaliste. Évidemment, les créatures sont ici très agressives, et les personnages accablées par une série improbable de malchances… qui ne les empêche pourtant pas de quitter la sûreté relative de la cage à plusieurs reprises pour nager assez haut pour capter un signal radio et communiquer avec le capitaine du bateau. Ce dernier répète alors ad nauseam aux filles que malgré la panique et le danger, elles ne doivent surtout pas remonter à la surface, sous risque de faire un accident de décompression : si elles remontent trop vite, les bulles gazeuses présentes dans leur sang pourraient bien les tuer. Merci, capitaine Taylor, de toujours tenir le même discours pour s’assurer que le spectateur ait bien compris.

mandy moore 47 meters down

Claire Holt et l’ex pop star Many Moore s’en tirent très bien, surtout considérant que leur visage est partiellement dissimulé par un masque de plongée presque tout au long de l’aventure. On peine tout de même à croire aux motivations de leurs personnages. En effet, si la prudente Lisa (Moore) accepte de plonger en eaux infestées dans cette cage excessivement rouillée, c’est qu’elle veut prouver à son ex petit ami qu’elle n’est pas aussi ennuyante qu’il le lui a reproché. À l’inverse de la mère de Nancy (Blake Lively) dans The Shallows, pour reprendre la comparaison, le petit ami est écarté dès qu’il ne sert plus à faire avancer le récit. Le dialogue tente aussi quelques répliques hasardeuses pour en reveler davantage sur la relation entre les deux soeurs et les rendre plus attachantes, mais peine tout de même à fournir profondeur aux personnages.

Mais tout ça ne suffit pas à déprécier 47 Meters Down, qui s’effondre hélas avec une finale ridicule à faire rouler les yeux jusque derrière la tête. Non mais, vraiment? Après un tel faux pas, on sort du cinéma avec la même impression que si on s’était pris un bol d’eau de mer dans le nez. Dommage.

 

 

 

About Elise Henripin

Boulimique de littérature et de cinéma d’horreur, Élise a collaboré à plusieurs blogues et projets consacrés à cet univers, dont Sinistre Magazine et Strange-Movies. Depuis 2014, elle est également chroniqueuse littéraire à l'émission L'étrange programme, un magazine culturel diffusé sur les ondes de TCF - La télévision communautaire de Montréal. Auteure d’un roman intitulé Soif publié en 2011, elle espère renouveler l’expérience de publication d’ici quelques années. Suivez-la sur Twitter et Instagram @ehenripin.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


close
Facebook IconTwitter Iconfacebook like buttontwitter follow button
%d blogueurs aiment cette page :